ici c'est
Accueil > economie > PSE: Le Secteur Privé Sénegalais hausse le Ton

PSE: Le Secteur Privé Sénegalais hausse le Ton

FLASHACTU.INFO-On ne le dira jamais assez, le Secteur Privé doit être la locomotive de l’émergence. C’est d’ailleurs l’ambition clairement déclinée par le Gouvernement du Sénégal dans le Plan Sénégal Emergent (PSE). Justement où en sommes nous ? Le Secteur Privé s’est-il approprié le PSE ? C’est pour faire un état des lieux, que REUSSIR, le Magazine du Business a consacré son dixième anniversaire à la question. « L’Appropriation du PSE par le Secteur Privé national panafricain », était le thème choisi pour un diagnostic sans complaisance. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a du chemin à faire pour satisfaire les privés nationaux. «Il faut faire confiance à son secteur privé. Prenez l’exemple du Maroc, quand le Roi Mouhamed 6 voyage, il a à ses côtés beaucoup de privés marocains qui sont prêts à sauter sur la moindre occasion, François Hollande pareil. Il faut qu’on sache une bonne fois pour toute que le PSE ne sera rien sans la contribution du Secteur privé national », a déclaré M. Mamour Fall Expert Comptable, ancien Président de l’Ordre National des Experts Comptables et Comptables Agréés (ONECCA) qui présidait un des panels.

Dans une salle du Novotel remplie de personnalités du secteur privé, des administrations, les idées ne manquaient pas. Et la passion d’un Sénégal Emergent se lisait sur toutes les interventions. Pour Ibrahima Cheikh Diong, Président du Dakar Business Hub, pour impliquer davantage le Privé national, il faudrait que dans les appels d’offres que les grandes entreprises le sentent déjà. «Il nous faut favoriser les joint-ventures pour permettre aux privés nationaux de gagner des parts de marché », a-t-il clamé.

Des opportunités qui semblent être disponibles dans le secteur du logement. En effet, selon le Dg de la Banque de l’habitat du Sénégal (Bhs), le projet de pôles urbains constitue de réelles opportunités d’investissements pour le secteur privé. Car dit-il, en dehors du ciment, presque tous les autres produits sont importés. «C’est un gros manque à gagner. Si le secteur privé s’y intéresse réellement, tout le matériau de construction peut être fabriqué au niveau national et les revenus resteront chez nous », a suggéré M. Bocar Sy.

Quoi qu’il en soit, le PSE est en marche et n’est qu’à ses débuts. Ce qui offre encore, selon le Directeur général du Bureau opérationnel et de suivi du Plan Sénégal émergent, Ibrahima Wade, l’opportunité au privé national de se positionner eu égard aux crédits disponibles sur le marché. «Lorsqu’on analyse de façon empirique le flux d’épargne existant sur la place, on se rend compte que si nous voulons aller vers un système d’actionnariat populaire, nous avons de quoi accompagner le secteur privé national dans cette dynamique au niveau de l’investissement », a-t-il souhaité.

Laisser un commentaire

Top