ici c'est
Accueil > politique > «IDRISSA SECK VEUT DIABOLISER KARIM WADE, POUR SE POSITIONNER EN SEUL OPPOSANT DEVANT MACKY»

«IDRISSA SECK VEUT DIABOLISER KARIM WADE, POUR SE POSITIONNER EN SEUL OPPOSANT DEVANT MACKY»

FLASHACTU.INFO-A Thiès le week-end dernier, dans le cadre des activités culturelles de l’association sportive et culturelle (asc) Jalloré dont il était le parrain, Farba Senghor, responsable du parti démocratique sénégalais (pds), ne s’est pas montré tendre à l’endroit de idrissa Seck. l’ancien ministre de l’agriculture accuse l’expremier ministre de diaboliser Karim Wade dans le seul souci de se positionner en seul opposant devant Macky.

Accompagné des mouvements de soutien à Karim Wade et de Mamadou Lamine Massaly, président des jeunesses wadistes Farba Senghor était ce week-end à Thiès. Le chargé de la propagande du Pds était au quartier Randoulène pour apporter son soutien aux activités culturelles de l’Association sportive et culturelle (Asc) Jalloré, dont il était le parrain.

En marge de la cérémonie, le responsable du Parti démocratique sénégalais (Pds) a jeté des pierres dans le jardin de Idrissa Seck, qui se montre de plus en plus très critique à l’endroit de Karim Wade. De l’avis de Farba Senghor, «Idrissa Seck veut diaboliser Karim Wade, pour espérer se positionner en seul opposant devant Macky». Poursuivant, il déclare : «Idrissa Seck est mon ami. J’ai toujours dit que je ferai en sorte de ne plus lui lancer des flèches. Mais souvent, il adopte une posture telle qu’on ne peut ne pas lui répondre. Je suis étonné de la position qu’il a affichée, après la libération de Karim Wade, alors que c’est lui-même qui disait partout que Karim Wade n’a rien fait et qu’il avait même porté le combat de sa libération au niveau de l’Internationale libérale. Mais on est tenté de dire qu’il a perdu la raison, après la libération de Karim Wade. C’est une situation inexplicable et c’est comme si, dans son for intérieur, il ne voulait pas que Karim Wade sorte de cette situation. Mais toute cette agitation s’explique par le seul fait que Idrissa Seck veut créer une bipolarisation de la vie politique au Sénégal. Et dans le cas d’espèce, il veut mettre en œuvre une leçon apprise sous l’ombre de Me Abdoulaye Wade. C’est ainsi qu’il veut mettre dans un sac Macky Sall, Karim Wade et leurs alliés, pour être seul dans l’autre sac, pour leur faire face.

Un tel processus avait été théorisé par Me Abdoulaye Wade dans les années 90/2000, pour faire face à Abdou Diouf. C’est dans cet objectif que Idrissa Seck crache le feu, pour tenter de diaboliser Karim Wade et en tirer des dividendes politiques, qui feraient de lui le seul opposant face à Macky Sall. Mais il se trompe lourdement, car il n’y aura jamais de bipolarisation dans ce pays ; et les Sénégalais connaissent assez Idrissa Seck, mais aussi l’évolution politique du pays, qui a mis en évidence le fait que l’opposition est incarnée par la ligne Abdoulaye Wade- Karim Wade et leurs alliés et de l’autre côté le Président Macky Sall et ses alliés de Benno Bokk Yakaar. Il veut créer la bousculade pour avoir une place, mais c’est peine perdue ». En ce qui concerne le cas Karim Wade, Farba Senghor estime que la trajectoire d’un homme ne peut se soustraire au coup du destin.

A l’en croire, de grands érudits ont vécu l’enfer de ce coup du sort, comme Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme, qui a été persécuté et déporté par le colonisateur pendant 7 ans. Mais aujourd’hui, dit-il, son nom et son histoire sont écrits en lettres d’or dans la vitrine des merveilles du Sénégal et de la Ummah islamique.

«L’AVENIR POLITIQUE DE KARIM WADE EST ENTRE SES PROPRES MAINS»

C’est sous cet angle, renseigne Farba Senghor, qu’il faut voir les évènements vécus par Karim Wade, qui doit être blanchi et indemnisé par l’Etat du Sénégal. «Karim Wade est blanc comme neige, car n’étant poursuivi ni pour détournement, ni pour corruption, ni pour recel, etc. », clame le chargé de propagande du Pds.

Evoquant la prochaine présidentielle, Farba Senghor réaffirme son soutien au fils de l’ancien Président. « Karim Wade reste notre seul et unique candidat et même dans les liens de la détention, il était notre candidat. Il ne peut donc y avoir aucun doute. Il faut bien se rappeler le cas Nelson Mandela, qui a été incarcéré pendant 27 ans, qui a négocié avec le pouvoir en place alors qu’il était en prison, jusqu’à parvenir à éradiquer l’apartheid et devenir le dépositaire légitime du pouvoir. La même trajectoire est possible avec Karim Wade, mais il a l’obligation de réunir toutes les conditions pour atteindre cet objectif. Autrement dit, l’avenir de Karim Wade est entre ses propres mains. Il doit faire preuve de lucidité, d’une capacité de discernement, d’organiser ceux qui sont avec lui dans le cadre de ses mouvements et de faire organiser le parti, pour qu’il soit un véritable instrument de reconquête du pouvoir », analyse Farba Senghor qui renseigne : «Karim Wade a accepté une exigence d’aller hors du pays après sa libération, mais il sera d’ailleurs bientôt au Sénégal, car c’est impossible de faire de la politique depuis l’extérieur. Il faut qu’il soit conscient que son retour doit forcément être imminent, pour capitaliser toute la sympathie qui se dégage du cœur des Sénégalais».

Laisser un commentaire

Top