ici c'est
Accueil > Actualité > Rentrée scolaire le 5 octobre : Le ministre veut une année apaisée

Rentrée scolaire le 5 octobre : Le ministre veut une année apaisée

FLASHACTU.INFO-Chat échaudé craint l’eau froide. La fin de la dernière année scolaire a été rythmée par une forte tension après les réquisitions des enseignants et les menaces de radiation des récalcitrants. En cette veille de rentrée, le ministre de l’Education veut une année scolaire apaisée. «L’année scolaire s’est terminée dans les conditions que vous savez et la grève qui a eu lieu avec les mesures prises. C’est à contrecœur qu’on prend ces types de mesures mais, c’est qu’on doit assumer ses responsabilités et je dis quand on a des collaborateurs on doit essayer de tout faire pour ne pas les humilier et ce ne serait pas bon que les syndicats d’enseignants abordent l’année scolaire avec l’amertume de la façon dont la grève s’est terminée là il faut casser la glace pour discuter et voir pour l’année qui vient comment on doit régler les problèmes ensemble», déclare Serigne Mbaye Thiam.

MBOUR Préparatifs de la rentrée des classes 2016/2017 : Le ministre de l’Education veut une année scolaire  apaisée

En attendant, l’Etat se projette sur l’avenir. C’est dans ce cadre qu’un séminaire sur la rentrée des classes 2016 /2017, qui regroupe les 16 Inspecteurs  d’Académie, les  59 Inspecteurs de l’Education et de la Formation, les directeurs et chefs de service au niveau central, a été ouvert hier à Saly. Le thème de cette rencontre, «Une gouvernance efficace pour relever les défis», a pour objectif d’évaluer, d’identifier les problèmes, les succès rencontrés durant l’année scolaire 2015/2016  pour  voir comment ces défis doivent être  relevés durant cette année scolaire.
Sur les rapports produits par le comité technique tant au niveau déconcentré qu’au niveau central, il ressort entre autres des problèmes liés à la gestion de la carrière des enseignants, le  retard dans le paiement de salaires lié au fait que certaines banques n’anticipent pas le paiement des salaires des contractuels, l’utilisation  non optimale des personnels enseignants, la non-disponibilité de réserves foncières destinées aux programmes de constructions scolaires et le non-engagement dans la prise en charge des grèves entre autres.
A en croire le ministre de l’Education, une feuille de route commune sera dégagée pour que le niveau central et le niveau déconcentré puissent savoir quels sont les problèmes  qu’il faut résoudre  sur l’année scolaire et évaluer l’état de préparation de la rentrée. Le ministre de l’Education a bon espoir que cette année sera sans perturbation : «Nous souhaitons que cela soit ainsi et le gouvernement est en train de travailler à cela. Et jusqu’à présent, nous avons eu une oreille attentive de la part des partenaires avec lesquels nous avons discuté de ce format de dialogue qui permet  aux gens de se retrouver en famille. La famille éducative doit se retrouver, identifier sans tabou et discuter des problèmes  de l’école pour nous entendre sur une feuille de route à même  de rassurer les parents d’élèves, les élèves sur ce que le système éducatif est capable de travailler dans la stabilité pour la performance des élèves.»

«Sans amertume»
Dans le même sillage, le  ministre a annoncé une rencontre avec les syndicats de l’enseignement, les parents d’élèves, les  services déconcentrés et le service central les 26,27 et 28 septembre prochains. «Cette rencontre sera pour faire la prévention des risques qui peuvent peser sur l’année scolaire», insiste M. Thiam.
Quid des mesures pratiques prises pour que  les enseignements-apprentissages puissent démarrer dés l’ouverture des clases ? Serigne Mbaye Thiam a assuré que son département a tenu à mieux préparer la rentrée prévue le 5 octobre prochain : «Cette rencontre est une façon de mieux préparer la rentrée, ensuite  le concept «Oubi  Tey  Diangue  tey», nous avons essayé d’y réfléchir avant la fin de l’année scolaire 2015/2016 et l’objectif que nous avons cette année, c’est de dire dans chaque Ief, chaque inspecteur s’est engagé à démarrer les cours dans au moins dix établissements élémentaires dans un certain nombre de collèges et de lycées. Démarrer les cours le jour de la rentrée, c’est une ambition, ce n’est pas une question, qui s’évalue sur une seule année scolaire. Ce que nous souhaitons c’est enclencher une dynamique», avance le ministre de l’Education nationale.

Laisser un commentaire

Top