ici c'est
Accueil > international > Gabon: L’Union Européenne exprime son amertume

Gabon: L’Union Européenne exprime son amertume

FLASHACTU.INFO-Après la France et les États-Unis, l’Union Européenne a réagi avec amertume à la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle par la Cour constitutionnelle du Gabon et qui a confirmé la réélection du président sortant Ali Bongo.

« Un accès très limité »

La haute représentante pour les relations extérieures, Federica Mogherini, et le commissaire à la Coopération internationale, Neven Mimica ont déclaré dans un communiqué « regretter » le fait que la mission d’observation n’ait eu « qu’un accès très limité au processus de traitement des contentieux électoraux » et ce « contrairement au protocole d’accord signé ».

Ils indiquent également que « la confiance du peuple gabonais concernant l’intégrité du processus électoral peut légitimement être mise en doute ».

Pour autant, l’UE appelle « les acteurs politiques à faire preuve de retenue et à refuser la violence ». Elle estime que seule « une réponse politique peut restaurer la confiance » et « donner une véritable légitimité aux institutions » gabonaises.

« Des faiblesses techniques importantes »

Dimanche, la mission d’observation électorale (MOE) de l’Union européenne au Gabon a « regretté » que la Cour constitutionnelle « n’ait pas été en mesure de rectifier de manière satisfaisante les anomalies observées lors du recensement des votes » du scrutin présidentiel du 27 août.

La mission « note des faiblesses techniques importantes » dans le traitement du contentieux électoral et regrette « que la Cour soit contrainte de statuer sur des procès-verbaux fournis par la Commission électorale », dans un communiqué publié deux jours après la validation vendredi de la réelection d’Ali Bongo Ondimba par la Cour qui a rejeté la requête de son rival, Jean Ping.

« D’évidentes anomalies »

« L’absence de confrontation des différentes copies des procès-verbaux (…) révèle une grande faiblesse du système électoral », selon l’observatrice en chef, Mariya Gabriele, citée dans le communiqué.

La mission rappelle qu’elle a relevé « d’évidentes anomalies dans les résultats pour la province du Haut-Ogooué où le taux de participation a été annoncé à 99,93 % ».

Dans ce fief familial des Bongo, le président sortant avait obtenu 95 % des voix, lui assurant la victoire sur l’opposant Jean Ping  dans le reste du Gabon, selon les premiers résultats de la Commission électorale. Des résultats corrigés à la marge par la Cour saisie par Jean Ping.

Mme Gabriele regrette que « les doutes sérieux sur les résultats du Haut-Ogooué n’aient pas été levés de manière satisfaisante ».

L’observatrice en chef encourage « tous les acteurs » à privilégier « la voie des recours juridictionnels encore à leur disposition (plutôt que) celle de la voie de la violence ». Elle promet enfin la publication « d’un rapport final détaillé » de la mission arrivée au Gabon dès le 12 juillet.

Laisser un commentaire

Top