ici c'est
Accueil > international > Rama Yade appelle la France à changer de regard sur l’Afrique

Rama Yade appelle la France à changer de regard sur l’Afrique

FLASHACTU.INFO-«Je suis venue à Dakar pour mettre en avant cette Afrique nouvelle qui émerge sur la scène internationale. Le continent est devenu l’atelier du monde. L’Afrique connaît depuis une dizaine d’années une véritable révolution économique, technologique et financière.» C’est en ces termes que Rama Yade, candidate à la Présidentielle française, justifie sa tournée africaine et sa présence à Dakar. Depuis quelques jours au Sénégal, Rama Yade a eu une entrevue avec la société civile, des femmes juristes, quelques startups et une audience avec le Président Macky Sall.
Née au Sénégal, Rama Yade a exprimé son attachement à ce pays et marqué sa volonté de voir le regard de la France vis-à-vis de l’Afrique changer.

«Je suis née au Sénégal et je n’ignore rien de ce quartier (Ndrl : le Plateau). Le destin de l’Afrique et du Sénégal m’intéresse. Si je suis ici, c’est pour donner à voir à la France le tournant historique qu’est en train de prendre l’Afrique pour que la France change de regard sur le continent africain.»
Pour Mme Yade, il ne s’agit plus d’aide et d’investissement ni de coopération, mais de partenariat. L’ancienne secrétaire d’Etat française aux droits de l’Homme, qui a effectué une visite aux cimetières de Thiaroye, invite la France à savoir que «nos ancêtres» sont non pas les gaulois, mais des tirailleurs. «La visite du camp militaire était très émouvante, un moment fort de se retrouver devant ces 202 tombes blanches sans noms, une fosse commune, alors que Hollande a parlé de 35, il faut la vérité sur les chiffres», revendique-t-elle ainsi l’ouverture des archives qui n’est que partielle, l’acquittement général, une grâce et une amnistie totale. Et que la journée du 23 août soit aussi une journée des tirailleurs en France. Rama Yade se voit jouer le rôle de pont entre les deux Peuples.
Au sortir de son audience avec Macky Sall, elle se garde de se prononcer sur un éventuel soutien du Président sénégalais. Elle se dit juste touchée par la marque de sympathie des Sénégalais et de leur Président : «Je ne suis ni ministre ni chef d’Etat, mais j’ai été bien accueillie.»

Laisser un commentaire

Top