ici c'est
Accueil > international > France Primaire de la droite:Sarkozy éliminé

France Primaire de la droite:Sarkozy éliminé

FLASHACTU.INFO-Surprises de taille, hier, après le premier tour des primaires de la droite : le Président Sarkozy a été recalé et ne sera pas au second tour. Son  ancien Premier ministre François Fillon (plus de 43% des voix) et Alain Juppé (27%) l’ont coiffé au poteau. D’ailleurs Sarkozy a admis sa défaite. Il s’est exprimé peu après 22h depuis son QG. Il a commencé par se féliciter du succès de la primaire. «J’ai voulu les primaires, elles sont un succès populaire incontestable. La page des guerres fratricides est, je l’espère, tournée définitivement», dit-il cité par «atlantico. fr». Il a ensuite admis sa défaite : «Je  respecte et je comprends la volonté des électeurs de choisir pour l’avenir d’autres candidats que moi. Je veux féliciter Alain Juppé et François Fillon qui sont qualifiés. Ce sont deux personnalités de grande qualité qui font honneur à la droite française».
Il a ensuite annoncé son choix pour le second tour : «L’idée que je me fais de mon devoir est de dire avec franchise que, quels que soient mes désaccords, François Fillon semble avoir le mieux compris les défis qui se présentent à la France. Je voterai pour lui. Mes électeurs sont libres, je leur demanderai simplement de ne jamais emprunter la voie des extrêmes». Il a achevé son discours par ce qui ressemble à un testament politique. Il a dit son attachement à sa famille politique, puis a souhaité «bonne chance à la France». «Il est donc temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passions publiques Bonne chance à la France. Tout ce qui touchera la France me touchera personnellement, je n’ai aucune amertume, je souhaite le meilleur pour mon pays».
Quant à François Fillon, le grand gagnant de la soirée, il a estimé: «Ce premier tour des primaires a été un remarquable succès populaire, c’est une vague qui démontre l’incroyable intérêt des citoyens pour l’avenir de leur pays». Il a assuré que sa «campagne va encore s’accélérer, s’amplifier», car «il faut rompre avec ce quinquennat d’échecs. Mon projet déclenchera une nouvelle espérance. J’entraîne avec moi les électeurs de la droite et du centre qui veulent la victoire de leur valeur». Fillon n’a pas manqué de faire à son tour un clin d’oeil à son ancien patron. «Ce premier tour a été digne et responsable, mes concurrents qui ne sont pas au second tour ont servi leurs idées et rendu service à la démocratie. La défaite ne doit humilier personne, car nous aurons besoin de tout le monde. J’ai une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy, l’ancien président de la France».
Quelques minutes après François Fillon, Alain Juppé a pris la parole. «J’ai décidé de continuer le combat, pour tous ceux qui croient en moi, pour mes convictions, pour l’idée que je me fais de la France. Je crois que plus que jamais le peuple de France a besoin de se rassembler». Contrairement à ses concurrents, il s’est d’emblée placé sur le terrain des idées. «Je veux rassembler les Français autour de réformes crédibles. Je veux faire des réformes équitables dont tous les Français tireront bénéfice. Je veux des réformes modernes qui préparent l’avenir plutôt que cultiver la nostalgie du passé. C’est un combat projet contre projet qui s’engage. Il commence demain». Alain Juppé, passé du statut de favori à celui d’outsider, l’assume : «Ce premier tour constitue une surprise». Mais, ajoute-t-il, «dimanche prochain, si vous le voulez, sera une autre surprise». En tout cas, après ce premier tour, les alliances se dessinent. Nathalie Kosciusko-Morizet soutient Alain Juppé tandis que Bruno Le Maire votera François Fillon au second tour de la primaire.

Laisser un commentaire

Top