ici c'est
Accueil > international > Les dirigeants Parlement européen plaident pour le Gel de l’adhésion de la Turquie à l’UE

Les dirigeants Parlement européen plaident pour le Gel de l’adhésion de la Turquie à l’UE

FLASHACTU.INFO-Les dirigeants des deux principaux groupes au Parlement européen ont plaidé, mardi, pour le gel des discussions d’adhésion de la Turquie à l’UE. Ils estiment inacceptables les purges menées par le pays depuis le coup d’État raté de juillet dernier.

La coupe serait-elle pleine pour le Parlement européen ? Les dirigeants des deux principaux groupes au Parlement européen ont plaidé, mardi 22 novembre, pour le gel des discussions d’adhésion de la Turquie  à l’Union européenne en raison des purges, qui y sont menées depuis le coup d’État manqué du 14 juillet 2016.

« Notre message pour la Turquie est très clair : les négociations d’adhésion devraient être gelées immédiatement », a déclaré Manfred Weber, à la tête du Parti populaire européen (centre-droit), premier groupe parlementaire à Strasbourg.

Le chef de file du groupe socialiste, Gianni Pitella, lui a fait écho: « Nous voulons geler les discussions d’adhésion », a-t-il ajouté.

Plus de 35 000 personnes arrêtées

Plus de 15 000 fonctionnaires supplémentaires ont été limogés par le gouvernement turc dans le cadre des purges lancées après la tentative de coup d’Etat en juillet, selon deux décrets parus mardi 2é novembre au Journal officiel.

Selon ces décrets, 15 726 personnes ont été limogées, dont près de 7 600 membres des forces de la sécurité intérieure, 2 700 du ministère de l’Intérieur et quelque 1 200 de l’enseignement. Par ailleurs, 375 associations, neuf médias et 19 structures médicales privées ont été fermés par ces décrets.

Ces mesures ont été prises dans le cadre de l’état d’urgence instauré après la tentative de putsch de juillet. Les autorités turques accusent  Fethullah Gulen, un prediucateur exilé aux Etats Unis, de l’avoir ourdi, ce que l’intéressé dément.

Depuis, plus de 35 000 personnes ont été arrêtées en Turquie et plusieurs dizaines de milliers de professeurs, policiers et magistrats, notamment, ont été limogés ou suspendus.

Par ailleurs, 20 employés de la prison de Silivri (nord-ouest), dont le directeur, ont été placés en garde à vue mardi, soupçonnés d’utiliser une application de messagerie sécurisée prisée des gulénistes.

D’une ampleur inédite en Turquie, ces purges suscitent l’inquiétude des partenaires occidentaux de la Turquie et d’organisations de défense des droits de l’Homme qui redoutent que l’état d’urgence en vigueur ne serve de prétexte pour réprimer toute voix dissidente.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Top