ici c'est
Accueil > politique > FOUTA-Macky déclaré persona non grata pour non-respect des engagements

FOUTA-Macky déclaré persona non grata pour non-respect des engagements

FLASHACTUY.INFO-Pour dénoncer le non-respect des engagements du chef de l’Etat, les bergers peuls de Fanaye établis au foirail de Diamaguène Sicap Mbao déclarent le Président Macky Sall persona non grata dans les localités de Fanaye, Ndioum et Dagana. Ils comptent aussi marcher le 8 décembre pour exprimer leurs frustrations.

Les bergers peuls et responsables regroupés hier au foirail de Diamaguène Sicap Mbao et venus des localités de Fanaye, Ndioum et Dagana ont fait face à la presse pour dénoncer l’accaparement de leurs terres par Sen Huile Senetanol avec la complicité de l’Etat, mais aussi le non-respect des engagements pris par le chef de l’Etat lors de sa tournée de l’élection présidentielle de 2012. Sur ce, une marche est prévue le 8 décembre pour démontrer leur mécontentement. Assane Sow, chargé de la communication, déclare : «Nous avons du mal, le chef de l’Etat a soutenu que le 8 de ce mois, il va se rendre au Walo pour une cérémonie. Et c’est pour faire la promotion de l’agriculture alors que cela ne nous arrange pas, nous qui sommes des éleveurs. Compte tenu de cette situation, nous avons décidé de faire une marche et nous allons l’accueillir là-bas avec des pancartes». «Nous avons contacté nos camarades de Richard-Toll, de Ndioum et de Dagana pour démontrer notre mécontentement. Le chef de l’Etat veut tuer l’élevage au profit de l’agriculture. Nous disons non et nous ne nous laisserons pas faire», prévient le chargé de la communication des bergers.
Arborant des brassards rouges, Assane Sow, en présence de ses camarades, s’est prononcé sur un autre sujet qui est celui de Sen Huile Senetanol. Et c’est pour dire : «Voilà une entreprise qui nous a causé beaucoup de problèmes. 26 mille ha octroyés à une seule personne, c’est inadmissible. Il y a eu même mort d’homme, certains jeunes ont été emprisonnés. Fanaye est une localité où aujourd’hui même pour avoir de l’eau potable, c’est tout un problème. Tu es obligé de creuser un puit pour avoir de l’eau, et l’eau n’est pas potable. Nous n’avons pas d’électri­cité. Le chef de l’Etat, lorsqu’il avait besoin de nous, est venu jusque chez nous pour solliciter notre aide. Et voilà qu’aujourd’hui il ne se soucie même pas de nous. Et demain, nous sommes libres de voter qui nous voulons», soutient le chargé de communication.
AVEC LEQUOTIDIEN

Laisser un commentaire

Top