ici c'est
Accueil > societe > ESCROQUERIE ET FAUX USAGE DE FAUX Le chef de bureau «Administration et Finances» au ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, risque 2 ans de prison

ESCROQUERIE ET FAUX USAGE DE FAUX Le chef de bureau «Administration et Finances» au ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, risque 2 ans de prison

FLASHACTU.INFO-Le chef de bureau «Administration et Finances» au ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Abdoulaye Ndiaye a comparu, hier  à la barre des flagrants délits pour escroquerie et faux usage de faux. Des délits pour lesquels, il encourt deux ans de prison si le juge applique les réquisitions du parquet.

Une affaire d’escroquerie et de faux et usage de faux a été éventée au ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Et, le présumé auteur de cet acte délictuel n’est personne d’autre que le chef du bureau «Administration et Finances». Il encourt deux ans de prison ferme si le juge suit le représentant du parquet dans ses réquisitions. En attendant, demain la date du délibéré, le prévenu est retourné en prison pour méditer sur son sort. En effet, ledit ministère dirigé par Mansour Faye a bénéficié d’un projet de 6,615 milliards Fcfa destinés à la construction de toilettes. C’est dans ce cadre que «la caisse d’avance» d’un montant de 52 millions destinés au paiement des soumissionnaires des différents marchés a été confiée au chef du bureau Administration et Finances qui s’est prévalu de sa qualité d’ordonnateur de dépenses pour signer des contrats fictifs d’attribution de marchés avec des privés moyennant une commission. C’est dans ce cadre qu’il a rencontré l’opérateur économique Thierno Wade qui désirait acquérir des marchés par l’intermédiaire de Khadim Dieng. Abdoulaye Ndiaye a ainsi promis de céder deux marchés de 24,9 millions et de 24,7 millions à l’opérateur économique moyennant une commission de 3,4 millions Fcfa. Un montant remis en trois tranches dont les deux millions ont été transmis par le médiateur Khadim Dieng. Par la suite, les documents afférents aux deux marchés ont été remis à l’opérateur économique qui s’est présenté aux impôts et domaines pour procéder à la vérification. A sa grande surprise, il apprend que les contrats étaient faux. Et las de courir derrière son argent, il a porté plainte. A la barre, le prévenu a reconnu avoir encaissé l’argent du plaignant, un montant qu’il a d’ailleurs minoré. A l’en croire, il n’a reçu que 2,4 millions contrairement à la somme de 3,4 millions dont a fait état le plaignant. Revenant sur les contrats, Abdoulaye Ndiaye révèle que l’opérateur économique lui a fait comprendre qu’il travaillait avec des chefs d’entreprises qui lui faisaient confiance. C’est ainsi qu’il a présenté, ajoute-t-il, deux entêtes d’entreprises pour soumissionner aux marchés. Même s’il confirme à la barre que les marchés n’étaient pas à vendre, il n’a pu résister à la tentation de l’argent. En dépit des dénégations, le prévenu a été enfoncé par l’agent judiciaire de l’Etat qui s’est invité dans la procédure pour défendre les intérêts de l’Etat. A l’en croire, c’est une vaste entreprise d’escroquerie qui a été mise en branle au sein du ministère de l’hydraulique et orchestrée par Abdoulaye Ndiaye qui s’est, dit-il, autoproclamé coordonateur du projet avant de sous-traiter les marchés avec des privés. En tout, révèle l’Agent judiciaire de l’Etat, pas moins de 600 contrats fictifs ont été signés par le prévenu avant de réclamer 50 millions en guise de dommages et intérêts. Toutefois, cette constitution de l’agent judiciaire a été écartée par le ministère public qui rappelle que cette affaire oppose Thierno Wade et Abdoulaye Ndiaye. Même si par ailleurs, le représentant du parquet a promis de poursuivre ses investigations pour traduire toutes les personnes impliquées dans cette affaire.

Laisser un commentaire

Top