ici c'est
Accueil > politique > Passage de la gestion du groupe Yavuz Selim à MAARIF – Madiambal Diagne propose une commission d’enquête indépendante

Passage de la gestion du groupe Yavuz Selim à MAARIF – Madiambal Diagne propose une commission d’enquête indépendante

FLASHACTU.INFO-Le personnel sénégalais du groupe Yavuz Selim demande à l’Etat du Sénégal d’installer une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur les agissements du gouvernement turc et sa volonté de confier les rênes du groupe à l’association Maarif.

 

Le Personnel sénégalais du groupe Yavuz Selim a tenu hier une conférence de presse pour répondre au ministre de l’Education Nationale, Serigne Mbaye Thiam. Selon le président de l’association ‘’Baskent Egitim’’, les tentatives du gouvernement turc ont commencé en 2013. Le président de la Turquie, Récip Tayyip Erdogan, avait alors demandé à l’Etat du Sénégal de fermer les écoles. Devant le refus du Sénégal, Erdogan a créé ‘’Maarif’’ pour obtenir la gestion des écoles ‘’Yavuz Selim’’. Madiambal Diagne de dire que l’Etat est en train de dérouler un plan dont ils ignorent les tenants, parce qu’ils ne sont conviés à aucune rencontre du gouvernement. ‘’Le minimum de respect voudrait qu’on nous associe à ces négociations. Nous proposons deux choses : que l’Etat choisisse une commission indépendante d’enquête pour savoir ce qui se passe. A la fin de l’enquête, nous accepterons les résultats quels qu’ils soient. Quelles que soient les conclusions, nous allons accepter. Nous prenons le risque, parce que nous sommes sûrs de notre fait’’, dit-il.

L’autre proposition faite par le président de l’association ‘’Baskent Egitim’’ est que le gouvernement garantisse aux parents une qualité de l’éducation. ‘’Nous avons de nombreuses écoles. Nous sommes prêts à donner à Maarif une école expérimentale pour qu’elle montre son savoir-faire. Si après ce test, Maarif convainc le gouvernement, c’est d’accord. Nous sommes confiants. Nous avons confiance en nos capacités, nos qualités d’enseignement et nous avons un rapport de confiance avec les parents. Que le Gouvernement se renseigne au moins sur ce qui se passe en Turquie avec les écoles dirigées par Maarif, en Guinée, etc.’’. Le patron du Quotidien de demander à Serigne Mbaye Thiam de cesser de dire que la qualité de l’enseignement national ne va pas baisser. ‘’C’est ce gouvernement qui va tuer ce fleuron de l’éducation au Sénégal. C’est ce gouvernement qui va empêcher à des enfants sénégalais de bénéficier de la meilleure qualité d’enseignement. C’est ce gouvernement qui a rompu un pacte moral avec les gens qui étaient venus les mains vides et ont essayé à partir de rien, de construire le modèle éducatif le plus riche du Sénégal’’, fulmine Madiambal Diagne.

‘’Sa sortie est inopportune et inélégante’’

Le censeur de Sultan, Amady Tine, regrette aussi la sortie du ministre de l’Education nationale qu’il qualifie d’indigne d’un ministre, en plus d’être inopportune et inélégante. ‘’J’ai honte des propos de Serigne Mbaye Thiam. C’est vraiment déroutant de dire que l’école ne compte que 61 Turcs et que s’ils partent, l’école va continuer. Ces propos discriminatoires, ce n’est pas sénégalais. C’est à se demander s’il connaît bien Yavuz Selim’’, fulmine-t-il. Le censeur de Bosphore, Mamadou Ndoye, de renchérir que le ministre ne doit pas schématiser, parce l’école est un projet, une vision. ‘’Nous défendons un projet et non ce qu’il dit. Le personnel sénégalais ne détermine en rien le personnel turc. On ne peut pas dissocier la tête du management et les exécutants que nous sommes’’, déclare-t-il. Si Maarif a des projets, Mamadou Ndoye suggère à l’Etat de lui permettre d’ouvrir ses propres écoles. ‘’Nous ne voulons pas qu’on détruise le fleuron que nous avons mis en place.’’

Le ministre Serigne Mbaye Thiam a soutenu avant-hier, en marge de la célébration de la journée de l’enseignant, que sur les 450 employés du groupe, les 389 sont des Sénégalais. ‘’Ce qui veut dire que l’excellence dont fait l’objet le groupe n’est pas du personnel turc, mais des enseignants sénégalais. Je voudrais qu’on essaie d’évacuer cette question et qu’on fasse confiance aux compétences de notre pays pour délivrer un enseignement de qualité.’’

EnQuête

Laisser un commentaire

Top