ici c'est
Accueil > politique > MANKOO WATTU SENEGAAL CONCOCTE UN PLAN D’ACTION POUR LUTTER CONTRE LA «DICTATURE RAMPANTE» DU REGIME DE MACKY SALL

MANKOO WATTU SENEGAAL CONCOCTE UN PLAN D’ACTION POUR LUTTER CONTRE LA «DICTATURE RAMPANTE» DU REGIME DE MACKY SALL

FLASHACTU.INFO-L’opposition regroupée autour de la plateforme Mankoo Wattu Senegaal envisage, très prochainement, de mettre en œuvre un plan d’action pour lutter contre ce qu’elle considère comme une « dictature rampante » du régime de Macky Sall. En conférence de presse hier, vendredi 27 janvier, le coordonnateur de la plateforme, Mamadou Lamine Diallo, a déploré le non respect des engagements tenus par le président de la République, lors de la rencontre avec une délégation du Front.

Va-t-on vers un climat plus délétère entre l’actuel régime et les opposants regroupés autour du Front pour la défense de la République Fdr/ Mankoo Wattu Senegaal? Tout semble militer pour une confrontation entre Mamadou Lamine Diallo, actuel coordonnateur de Mankoo et ses compagnons d’une part, et de l’autre, la mouvance présidentielle dirigée par le chef de l’Etat, Macky Sall. Pour cause, les adversaires politiques de l’actuel régime comptent mettre en œuvre, très prochainement, un plan d’action. Face à la presse hier, vendredi 27 janvier, l’actuel coordonnateur de Mankoo Wattu Senegaal, Mamadou Lamine Diallo, a laissé entendre que «Fsd/Mankoo Wattu Senegaal sonne la mobilisation générale contre le coup d’état électoral en préparation et annoncera, dans les prochains jours, un plan d’actions de lutte contre la dictature rampante du régime de Macky Sall».

Sur les raisons d’une telle radicalisation de l’opposition, le coordonnateur du Mouvement Tekki soutient que le président de la République n’a pas respecté les engagements pris lors de l’entretien qu’il avait accordé à une délégation de Mankoo. Il s’agit, selon lui, de l’augmentation du nombre de commissions administratives à 700 entre fin décembre 2016 et mi-janvier 2017 et la mise à disposition de la carte des commissions administratives. Le député non-inscrit estime aussi que le gouvernement n’a pas respecté sa promesse de mettre à disposition des photocopieuses dans les commissions administratives, ainsi que de mettre en place un comité de suivi du fichier électoral. Pis, fait-il remarquer, Macky Sall n’a pas échangé sur les députés de la Diaspora, comme promis.

Au contraire, se désole-t-il, «15 députés sont alloués à la diaspora sur la liste majoritaire dans des départements taillés sur mesure». Poursuivant son propos, Mamadou Lamine Diallo dira que «le ministre de l’Intérieur a décidé de faire siéger dans le comité de suivi électoral, qui vient d’être mis en place, des personnes qui n’y ont pas droit en violation des principes arrêtés en commun, y compris la loi électorale qui vient d’être votée par l’Assemblée nationale». Il estime qu’Abdoulaye Daouda Diallo a ainsi «inventé un quatrième pôle dit des Indépendants à l’insu de l’Opposition et des Non-alignés».

Pour autant de manquements, le Front de l’opposition est revenu à la charge pour récuser une fois de plus le ministre en charge de l’organisation des élections. Au nom de ses collègues de l’opposition, M. Diallo a demandé «au Président de fixer la date des élections législatives dans le respect du calendrier républicain». Il a aussi informé que Mankoo rejette toute inscription nocturne dans les commissions administratives avant de demander de respecter l’engagement de mettre en place les 700 commissions administratives. Il a, entre autres, dénoncé «les pratiques visant à favoriser les militants de BYY, notamment dans la Diaspora».

Laisser un commentaire

Top