ici c'est
Accueil > politique > GAMBIE-Barrow rebaptise la Nia et tient son Gouvernement

GAMBIE-Barrow rebaptise la Nia et tient son Gouvernement

FLASHACTU.INFO-Le président Adama Barrow s’est finalement résolu à travailler avec un gouvernement de 18 membres. D’ores et déjà, 11 postes ministériels ont été pourvus. C’est ce qu’a révélé son porte-parole, Halifa Sallah, lors de son point de presse quotidien de ce mardi à Banjul. Les titulaires des 11 portefeuilles ont déjà reçu leur notification et seront assermentés ce mercredi à Banjul. « C’est seulement en ce moment-là qu’ils seront connus du public », a déclaré Halifa Sallah. Selon le porte-parole du nouveau leader gambien, des consultations sont toujours en cours pour pourvoir les sept postes encore vacants. Les Finances, les Affaires étrangères, l’Intérieur, la Justice, la Jeunesse et le sport, le Tourisme, l’Agriculture, l’Administration locale, le Commerce et l’Environnement sont les postes distribués.

EnQuête est en mesure de révéler que certaines figures de proue de la coalition sont pressentis dans l’équipe gouvernementale qui devra s’atteler à redresser la Gambie de sa situation économique catastrophique. Parmi ces hommes et femmes du prochain cabinet Barrow, il y a Amadou Sanneh, ancien argentier de l’UDP, le parti de Barrow, Isatou Touray, une activiste des droits des femmes, Ba Tambadou, le frère de l’ancien bâtonnier de l’ordre de Gambie Sheriff Tambadou, qui a présidé la prestation de Adama Barrow à Dakar. On peut aussi noter la présence plus que probable de Ousainou Darboe, leader de l’UDP, de Henry Gomez leader du Gambia Peoples Democratic Party, de Hamat Bah, d’Omar Jallow leader du parti de l’ancien Président Dawda Kairaba Jawara, de Lamin Dabba ou encore de Mai Fatty, le conseiller spécial de Barrow annoncé au ministère de l’Intérieur.

…A souligner que le Président Adama Barrow a également annoncé ce mardi que la très redoutée National intelligence Agency (NIA), le service des renseignements gambien, est désormais rebaptisé State Intelligence Service (SIS). Dans un communiqué lu à la télévision nationale gambienne, le Président Barrow annonce qu’il est désormais interdit aux ex-agents de la NIA et à ceux de l’actuel SIS d’arrêter des citoyens ou d’interpeller toute personne sur le territoire gambien. Ce rôle est désormais dévolu à la police régulière.

Laisser un commentaire

Top