ici c'est
Accueil > politique > Le Ministre du Commerce dément la hausse sur le prix du riz

Le Ministre du Commerce dément la hausse sur le prix du riz

FLASHACTU.INFO-Le prix du riz n’a pas connu une hausse, a assuré lundi le ministre du Commerce, Alioune Sarr, soulignant que plus de 180 mille tonnes de riz brisé sont attendues en fin février 2017, dont plus de 120 mille d’origine indienne.

« Les prévisions de 2017 indiquent une abondance de l’offre exportable en Inde. Plus de 180 mille tonnes de riz brisé sont attendues en fin février 2017, dont plus de 120 mille d’origine indienne, en plus de l’offre de riz local issue de la récolte d’hivernage, ce qui marquera le retour à la stabilité du marché du riz en terme d’offre et de prix », a-t-il dit.



S’exprimant lors d’un point de presse sur les prix des denrées, M. Sarr a précisé que durant le dernier trimestre de l’année 2016, le rétrécissement de l’offre indienne et le renchérissement du dollar ont eu un impact sur le niveau des approvisionnements et des prix au Sénégal.

« En effet, l’absence de la variété de riz brisé d’origine indienne (vendue à 260 francs CFA le kg), plus accessible, a occasionné un recours systématique à d’autres variétés d’origine américaine ou thaïlandaise ou même le riz parfumé de luxe dont le niveau de qualité et de prix est largement supérieur’’, a-t-il expliqué.

« Ce qui justifie cette augmentation de prix de l’ordre de 2000 à 5000 francs CFA la tonne suivant la catégorie, soit entre 500 et 1000 Francs CFA le sac de 50 kg », a ajouté le ministre.

Il a assuré que toutes les dispositions sont prises pour « un suivi quotidien des stocks présents dans les circuits de distribution et un contrôle strict du respect du prix du riz administré ».

Alioune Sarr a ajouté qu’il « n’y a aucune augmentation du prix du sucre cristallisé, notant que « toute pratique illicite concernant le sucre cristallisé doit être signalée aux services du Commerce intérieur pour des mesures coercitives ».


« Le riz et le sucre ne connaissent pas de problème de prix. En revanche, sur l’huile il y a eu une hausse importante sur le cours mondial et sur ce point l’Etat est en train de travailler sur un mécanisme de soutien à notre industrie pour fournir ces produits à nos consommateurs », a soutenu le ministre qui évoque plutôt le « caractère conjoncturel » de ces perturbations.

Laisser un commentaire

Top