ici c'est
Accueil > politique > PROCESSUS ÉLECTORAL-Mankoo Wattu Senegaal dénonce des actes posés par le régime

PROCESSUS ÉLECTORAL-Mankoo Wattu Senegaal dénonce des actes posés par le régime

FLASHACTU.INFO-Les partis politiques regroupés autour du front de l’opposition Mankoo Wattu Senegaal persistent et signent dans leur dénonciation des actes posés par le régime en place, pour ce qui concerne la conduite du processus électoral. En séminaire organisé avant-hier, samedi 25 mars, au siège du Grand Parti sis à Yoff, les membres de Manko Wattu Senegaal, sont encore revenus sur les raisons qui sous-tendent leurs inquiétudes et qui pourraient, selon eux, conduire le pays au « chaos total ».

En effet, les membres de la coalition Mankoo Wattu Senegaal se sont réunis avant-hier, samedi, au siège du leader du Grand Parti Malick Gakou pour revenir particulièrement sur le processus électoral qui suscite chez eux moult inquiétudes. S’indignant ainsi de la fermeture précoce de certains centres d’inscription à la carte d’identité biométrique, le coordonnateur de la commission électorale de Mankoo, Sada Ndiaye, dira :

« A l’instar des régions de Matam et Dakar, depuis 15 jours déjà, toutes les commissions sont en train d’être fermées. Alors que la loi dit qu’on devrait garder un socle minimal au niveau de chaque préfecture, sous-préfecture et chaque commune. Donc c’est la clôture précipitée pour certaines zones des activités de ces commissions ».

Poursuivant toujours dans la même logique, le coordonnateur de la commission électorale de l’opposition a porté un doigt accusateur vers le ministre de l’intérieur Abdoulaye Daouda Diallo qui, selon lui, serait le responsable de la fraude qui décrédibilise le fichier électoral.

« Les certificats de résidence sont pratiquement devenus un commerce. Avec ça, les gens changent de résidence. Et même au niveau de l’Etat civil, il y a le problème du vrai-faux qui n’est autre que le fait pour quelqu’un qui est en âge de voter, qui n’a jamais été déclaré au registre d’Etat civil, qui n’a jamais bénéficié d’un jugement l’autorisant à transcrire son jugement au niveau de l’Etat civil, bénéficie directement d’un extrait. Et il va au niveau des commissions muni de cet extrait, on lui fait une carte ».

Allons plus loin, Daouda Diallo de la même coalition de l’opposition, finira lui par fustiger l’attitude de la Cena (Commission électorale nationale autonome) pour son attitude qu’il qualifie de « spectatrice » alors qu’elle devrait assumer pleinement son rôle de régulation « Aujourd’hui…avec toutes les rumeurs, toutes les anomalies et tous les dysfonctionnements que nous avons, on n’entend pas la Cena. Je dis que ce silence-là est trop assourdissant ».

Le coordonnateur de Mankoo Wattu Senegaal Mamadou Lamine Diallo et leader du mouvement Tekki abondera dans le sens de la confiscation des libertés au Sénégal, en revenant sur la répression de la manifestation de l’opposition dans la région de Thiès.

« Pas plus tard qu’hier (vendredi-ndlr), nos jeunes ont été réprimés à Thiès alors qu’ils voulaient manifester pacifiquement pour dénoncer le recul démocratique, l’absence de liberté et la gouvernance chaotique ». Le parlementaire de Tekki s’est par ailleurs indigné tout comme son camarade de la confiscation de la liberté et de l’utilisation abusive de la justice dont Macky Sall ferait usage pour parvenir à ses fins. « Macky Sall utilise la justice pour réprimer les opposants, pour les enfermer et pour les salir .Voilà aujourd’hui le contexte qui va nous amener aux élections du 30 juillet ».

Laisser un commentaire

Top