ici c'est
Accueil > societe > LES ALBINOS CRAIGNENT POUR LEUR SECURITE -ELECTIONS LEGISLATIVES DU 30 JUILLET

LES ALBINOS CRAIGNENT POUR LEUR SECURITE -ELECTIONS LEGISLATIVES DU 30 JUILLET

FLASHACTU.INFO-Souvent victimes d’enlèvements et de pratiques mystiques, les albinos craignent pour leur sécurité en cette veille d’élections législatives. En célébrant hier, mardi 13 mai, la journée qui leur est dédiée, avec comme thème national: «Un autre regard sur l’albinisme dans un Sénégal émergent», l’Association nationale des albinos du Sénégal (Anas), avec à sa tête, le président Ahmadou Bamba Diop, a sonné l’alerte.

A cause de leur maladie, souvent incomprise, les personnes atteintes d’albinisme sont victimes de plusieurs sévices. Proie faciles de personnes mal intentionnées, pendant les périodes électorales, ils ont tenu à sonner l’alerte en cette vielle des législatives du 30 juillet prochain. «A l’approche des élections, beaucoup d’albinos sont exposés au danger à cause de l’enlèvement pour des sacrifices d’organes», prévient Ahmadou Bamba Diop. Par conséquent, il demande aux autorités étatiques «de renforcer la sécurité des albinos».

Parmi les autres griefs de personnes atteintes d’albinisme, le président de l’Association nationale des albinos du Sénégal (Anas),  ajoute: «nous sommes mis à l’écart par la société, dans la rue, à l’école, dans l’espace public. Nous ne sommes pas reconnus dans la société, ni acceptés et cela constitue une inégalité entre les individus dans la société».

Pis, au Sénégal et dans le monde, «les personnes souffrant d’albinisme sont confrontées à des problèmes sanitaires, d’intégration et d’insertion socio-économique à cause de préjugés néfastes fortement ancrés dans les croyances socioculturelles».

Pour des réponses adéquates à leurs problèmes, le président Mouhamadou Bamba Diop invite l’Etat du Sénégal à remettre en service le Centre communautaire des albinos de Thiès. «Nous voulons que le centre soit rénové pour qu’on puisse être dans la tranquillité tout en faisant nos activités», plaide-t-il.

Selon la présidente de l’Association des chiffres et des lettres, Ramata Bâ, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) accompagne les albinos dans leur insertion dans la société et dans la lutte contre la discrimination causée à ces malades de la peau.

Les autorités sanitaires, quant à elles, ont réaffirmé leur engagement à doter la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) de médicaments pour les albinos. D’ailleurs, pour améliorer leurs conditions de vie, parallèlement aux initiatives du mouvement associatif avec l’Association nationale des albinos du Sénégal, l’Etat développe des programmes inclusifs de filets sociaux et d’autonomisation en faveur des personnes handicapées parmi lesquels: le Programme nationale de réadaptation à base communautaire (Pnrbc), le Programme de la carte d’égalité des chances, les Bourses de sécurité familiale et la Couverture maladie universelle (Cmu).

L’Anas qui, à l’instar de la communauté internationale, a célébré au Sénégal hier, mardi 13 juin 2017, la quatrième édition de la Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme dont le thème national est «Un autre regard sur l’albinisme dans un Sénégal émergent» revient sur la prévalence de l’albinisme. Et de préciser qu’il s’agit d’une «affection universelle rare dont l’incidence générale est de 1/17.000 naissance. Il est admis que l’albinisme serait à l’origine de 5% de malvoyances dans le monde».

Au Sénégal, le dernier recensement général de la population en 2013 n’a pas pris en compte les personnes souffrant d’albinisme. Toutefois, assure l’Anas, la mise en œuvre du nouvel instrument national de mesure du handicap adopté en novembre 2016 y apportera des correctifs. En 2002, les albinos représentaient 1093 cas, soit une prévalence de 0,7%.

Laisser un commentaire

Top