ici c'est
Accueil > international > Liban-Le PM Saad Hariri démissionne à la surprise générale

Liban-Le PM Saad Hariri démissionne à la surprise générale

FLASHACTU.INFO-Le chef du gouvernement du Liban, Saad Hariri, a annoncé sa démission. Il dénonce la mainmise iranienne sur son pays et évoque sa crainte d’être assassiné.

C’est une démission choc. Saad Hariri, Premier ministre du liban et acteur géopolitique majeur au Moyen-Orient, annonce ce samedi qu’il quitte son poste. Il accuse le Hezbollah chiite et son allié iranien de « mainmise » sur le Liban. Il affirme également avoir peur d’être assassiné.

« J’annonce ma démission du poste de Premier ministre », a déclaré Saad Hariri, qui se trouve actuellement en Arabie saoudite, dans un discours retransmis par la chaîne satellitaire Al-Arabiya. « Les bras de l’Iran dans la région seront coupés », a-t-il ajouté.

La fin d’un gouvernement d’union nationale

Saad Hariri occupait son poste depuis décembre 2016. Il avait déjà été Premier ministre de novembre 2009 à juin 2011. Depuis plus de 10 mois, il dirigeait un gouvernement d’union nationale, auquel participaient des membres issus du Hezbollah  chiite.

Un attelage qui a plutôt réussi à préserver le pays des effets de la guerre civile qui fait rage chez son voisin, la Syrie, depuis six ans. Qui plus est, cette démission surprise intervient alors qu’il y a deux semaines, pour la première fois depuis 2005, un budget a été voté dans des conditions à peu près normales par le Parlement libanais.

« Je sens que ma vie est visée », a pourtant déclaré le futur ex-Premier ministre, affirmant que le Liban vivait une situation similaire à celle qui prévalait avant l’assassinat en 2005 de son père Rafic Hariri, ancien Premier ministre. Quatre membres du Hezbollah sont mis en cause dans ce meurtre qui a ébranlé le Liban.

Les armes du Hezbollah, pomme de discorde

Le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé samedi « regretter » la démission de Saad Hariri, tout en rejetant ses « accusations sans fondement » contre l’Iran. « La répétition des accusations sans fondement (…) contre l’Iran (…) montre que cette démission est un nouveau scénario pour créer des tensions au Liban et dans la région », a déclaré le porte-parole du ministère Bahram Ghassemi.

Le Hezbollah est un allié crucial du régime de Bachar el-Assad dans la guerre en Syrie. Il est soutenu par Téhéran et est le seul parti libanais à avoir gardé ses armes après la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990). Bête noire d’Israël, le Hezbollah refuse d’abandonner son arsenal, principale pomme de discorde dans le pays.

« Ces dernières décennies, le Hezbollah a imposé une situation de fait accompli par la force de ses armes », a ajouté le Premier ministre démissionnaire, qui lisait son discours derrière un bureau, devant un drapeau libanais. Le Liban a connu davantage de divisions avec la guerre en Syrie, entre détracteurs et partisans du régime de Damas. Saad Hariri est farouchement hostile au régime syrien.

l’express

Laisser un commentaire

Top