ici c'est
Accueil > societe > « C’est un acte criminel, la démolition de la maison de maimouna bousso » Me Elhadji diouf

« C’est un acte criminel, la démolition de la maison de maimouna bousso » Me Elhadji diouf

FLASHACTU.INFO-Me El hadji Diouf, avocat de Maïmouna Bousso, expulsée de son domicile sis aux Almadies mercredi 13 décembre 2017, a estimé qu’il s’agit d’un acte criminel et interpellé le chef de l’Etat pour l’ouverture d’une enquête et un éventuel dédommagement.

« C’est un acte criminel, c’est inhumain, c’est du laxisme de la part de l’Etat. C’est un complot ourdi contre Maimouna Bousso. C’est un assassinat pur et simple », a répliqué Me El Hadji Diouf, conseil de la présidente du mouvement «Xalaas», lors d’un point de presse tenu hier, mardi 19 décembre au siège d’Amnesty International. L’avocat réagissait ainsi suite à la conférence de presse tenue par l’Inspecteur général d’Etat (Ige) Moustapha Tall.

Pour rappel, au bout d’une longue procédure judiciaire opposant M. Tall à Mme Bousso, la maison de 800 m2 sur une surface de 1020 m 2, construite par la jeune femme a été réduite en gravats pas des bulldozers. « Moustapha Tall a brandi des duplicatas. Il dit avoir acheté le terrain en 1978. Devant quel cabinet de notaire ? Où est la preuve de l’origine du titre foncier ? Et puis, de 1978 à 2002 où était cet ancien directeur des Douanes ? Pourquoi les titres fonciers ont été annulés et remplacés par d’autres ? C’est insolite et incompréhensible, comme si, avec une force surnaturelle, elle est venue et a occupé le terrain », a fulminé Me Diouf, qui soupçonne un complot contre sa cliente. « Il paraît qu’il y a des liens de parenté entre la famille Lébou qui a vendu et l’Ige Tall. Tant de détails qui nous font penser qu’il s’agit d’un complot ourdi contre ma cliente», a-t-il insinué.

« J’interpelle l’Etat et son chef le président Macky Sall. Tant d’années de labeur enterrées en un seul jour. Une enquête doit être menée. Macky Sall doit sanctionner tous ceux qui sont à l’origine de cet acte criminel. S’il faut restituer le terrain ou lui en donner un autre, il faut assister Maimouna Bousso », a plaidé El Hadji Diouf.

Lors de son face-à-face avec les journalistes, l’avocat de Maîmouna Bousso a noté dans son intervention que Moustapha Tall a voulu la faire passer pour une personne de mauvaise foi qui les empêche de jouir de leur bien, lui et ses deux autres prétendus propriétaires. D’après l’avocat, sa cliente traverse une situation de terrible souffrance. Cette dernière s’étonne que de 1978 à 1991, Moustapha Tall n’ait produit aucun acte. De 2002 à 2005, elle a construit sans qu’il ne lève le petit doigt. « En 2004, j’étais déjà dans la maison. Ils ont attendu 4 ans avant de se signaler. Moustapha Tall dit qu’il porte la parole de Mbaye Dieng, d’Oumar Samb et de Marie Danielle Ndiaye. Comment en tant que musulman peut-il porter la parole de personnes qui attendent qu’une jeune femme achète et construise une maison avant de faire signe ? Mon père est intervenu mais il ne s’est pas abaissé à le traiter de caméléon. Je demande à la famille Omarienne de faire une déclaration parce que dans le salon de Thierno Madani Tall, on a proposé 100 millions de Fcfa à Tall. On est même coupable d’avoir acheté à un prix qui est soi-disant inférieur à celui du marché. J’ai acquis auprès de la famille de Mbarick Samb ». Soulignant que les documents de Marie Madeleine Ndiaye datent de 2011, bien après qu’elle ait aménagé dans la maison.

Maimouna Bousso ajoute que M. Tall avait pris l’engagement, devant leur marabout de ne pas détruire la maison. Pour conclure, la Présidente de « Xalaas » jure la main sur le coeur n’avoir jamais été contactée, ni convoquée par le médiateur de la République dans le cadre de ce dossier… qui est loin d’être bouclé.

Laisser un commentaire

Top