ici c'est
Accueil > Actualité > Les libéraux traînent le Pm Dionne en justice pour faux-usage de faux et lancent une pétition pour son depart

Les libéraux traînent le Pm Dionne en justice pour faux-usage de faux et lancent une pétition pour son depart

FLASHACTU.INFO-« Le Comité Directeur du Parti Démocratique sénégalais (PDS) s’est réuni le mercredi 3 janvier 2018 à la permanence nationale Oumar Lamine BADJI, sous la présidence du frère Oumar SARR, Secrétaire Général National Adjoint et Coordonnateur Général, à l’effet d’examiner l’ordre du jour suivant : situation nationale, vie du parti, situation internationale.

A l’entame de la rencontre, le Secrétaire Général National Adjoint a transmis au Comité Directeur les vœux de nouvel an du Secrétaire Général National, Maître Abdoulaye Wade, à l’ensemble des militants et sympathisants du parti, ainsi qu’au peuple Sénégalais. Dans son message, le Secrétaire Général National a demandé au peuple de continuer à défendre le pays et les conquêtes démocratiques durant toute l’année 2018 car de toute évidence l’élection présidentielle ne se gagnera que si ces batailles sont engagées et portées à terme. Le Secrétaire Général National a exprimé sa solidarité avec les populations gagnées par la famine et la misère, un peu partout dans le pays et se désole de la situation économique et sociale catastrophique qui se dégrade chaque jour davantage.

Abordant le point de l’ordre du jour relatif à la situation nationale, le Comité Directeur a examiné successivement les points suivants :

• la situation économique et sociale

• le rapport de la CENA

• le mensonge d’Etat sur les 254 milliards récupérés à partir de la prétendue traque des biens mal acquis.

À propos de la situation économique et sociale, le Comité Directeur constate la faillite progressive dans laquelle Macky Sall et son Gouvernement ont plongé le pays avec un endettement vicieux sans précédent et une situation désastreuse marquée par :

• un démarrage chaotique de la campagne de commercialisation des arachides dû à l’incapacité du gouvernement à trouver des solutions aux difficultés des paysans qui ne trouvent pas d’acquéreurs pour écouler leurs récoltes. Même les huiliers qui ont limité leurs besoins à 250.000 tonnes n’ont pas les financements nécessaires à cause d’une dette intérieure non payée par l’État. Alors plus d’un million de tonnes de graines ne trouvant pas de preneur malgré l’appel fait aux importateurs chinois qui traînent encore les pieds

• les coupes arbitraires des salaires des fonctionnaires pour réduire artificiellement la masse salariale en jouant sur la prime logement, les heures supplémentaires et l’avancement;

• l’augmentation des prélèvements sociaux et des ponctions sur le salaire des fonctionnaires décidée arbitrairement par le gouvernement pour financer le paiement de la dette extérieure

• la dette au secteur privé qui met à genoux les plus grandes entreprises du pays avec déjà partout des chômages techniques déclarés et des fermetures d’entreprises au moment où le gouvernement déclare disposer de suffisamment de ressources ;

• le retard dans le paiement des bourses ;

• la persistance des coupures d’électricité et le manque d’eau ;

• L’augmentation de la pauvreté absolue. De 1 million en 2012 à 4 millions selon les chiffres officiels.;

• des scandales économiques et financiers sans précédents impliquant Macky Sall, sa famille et son clan. En outre, le Comité Directeur se félicite que, dans son dernier rapport, la CENA ait confirmé sans aucune ambiguïté son point de vue sur ce qu’il avait décrit comme une non-élection et une fraude massive:

• Que seuls 3.310.435 électeurs ont pu voter alors que 2.798.308 électeurs n’ont pas reçu leurs cartes lors des élections législatives du 30 juillet 2017 ;

• Que 45% des électeurs inscrits ont été privés de leurs cartes d’électeur; la fraude massive et l’autorisation du Conseil Constitutionnel à voter sans carte d’électeur ni carte d’identité ayant permis de porter gravement atteinte à la liberté du vote ;

• Que 150.000 cartes d’électeurs ont été produites sans être livrées aux autorités administratives ;

• Que les 1.650.000 cartes livrées aux autorités administratives n’ont pas été distribuées.

Ledit rapport montre le discrédit total de la CENA en ces points suivants :

• publication d’informations fausses (220 bureaux de vote ont été saccagés à Touba, écrivent-ils alors qu’en vérité c’est le gouvernement qui a sciemment saboté le scrutin en ne permettant pas à la plupart des bureaux de vote de fonctionner à cause de l’absence totale de matériel électoral. Au demeurant le vote dans les bureaux de Touba empêchés de fonctionner par suite de force majeure auraient dû être ouvert normalement le mercredi suivant comme dans toutes les démocraties du monde, par exemple la France à qui nous nous référons souvent).

• constatation puérile que le gouvernement n’a pas voulu l’associer à certaines actions relevant de ses prérogatives (envoi de matériel électoral et de documents électoraux aux autorités administratives, changement de localisation de bureaux de vote, désinformation sur la production et la distribution des cartes d’électeur)

• refus du gouvernement d’appliquer certaines décisions de la CENA (radiation d’électeurs irrégulièrement inscrits à Dagana par exemple)

• Vote de lois modifiant le système électoral dans les six mois qui précèdent les élections, en violation de la règlementation de la CEDEAO.

Analysant les déclarations fausses et mensongères du gouvernement de Macky Sall et de l’ex-ministre de la justice sur la récupération de montants faramineux à partir de la prétendue traque dite « des biens mal acquis », le Comité Directeur est outré par cette grossière manipulation qui vient de confirmer que cette traque dite « des biens mal acquis » n’est qu’un complot politico-judiciaire pour tenter vainement d’écarter le candidat du PDS de l’élection présidentielle de 2019, en l’espèce Karim Wade dont le nom n’est pas cité parmi les sources de l’argent récupéré dans l’opération ‘’Traque des biens mal acquis’’, ce qui est la preuve flagrante que sa longue détention était arbitraire comme l’avait déclaré par deux fois le groupe des experts des Nations Unies de Genève.

Suite aux déclarations de l’ancien Premier ministre portant sur 254 milliards de FCFA, le gouvernement reprend un article de presse et annonce avoir encaissé 152,9 milliards de F.CFA qui ne concernent nullement les procédures soumises à la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), ressuscitée par Macky Sall. Il s’agit d’un montage grossier pour faire oublier les soupçons de corruption dans l’affaire Mittal dans laquelle le gouvernement a fait perdre à notre pays la somme de 2.325 milliards en se contentant de recevoir la modique somme de 75 milliards. Macky Sall et son ministre des mines d’alors, actuel ministre de l’intérieur, s’en expliqueront devant les Sénégalais le moment venu. Devant un maquillage aussi grossier qu’indigne d’un gouvernement, le Comité Directeur demande au Secrétaire Général National Adjoint d’initier, en relation avec l’UJTL, une pétition nationale pour demander la démission immédiate du Premier ministre qui a fait du faux et manqué à ses devoirs constitutionnels de transparence et de bonne gouvernance.

En conséquence de ce qui précède, le Comité Directeur demande au Secrétaire Général National, Maître Abdoulaye Wade, de constituer un pool d’avocats sénégalais et internationaux afin de porter plainte contre le Premier Ministre Mouhamed Boun Abdallah Dionne pour faux et usage de faux.

Abordant la situation du parti, le Comité Directeur a été informé du démarrage de la tournée nationale dans la deuxième quinzaine du mois de Janvier ainsi que du placement et de la vente des cartes du Parti. Ces nouvelles cartes numérisées dont des spécimen ont été distribués aux membres du Comité Directeur, ont été conçues par notre candidat et validées par le SGN. Elles sont révolutionnaires et donnent un visage ouvertement moderne du Pds qui est le premier parti en Afrique à introduire une telle technologie de dernière génération.

En effet, une application informatique permet d’avoir une cartographie du parti et de gérer dynamiquement la base des militants et des responsables du Parti, tant au niveau national qu’au niveau international.

Les cartes pourront être achetées sur place en relation avec la Commission Nationale de Placement et de Vente des Cartes, et du Renouvellement des Structures du Parti ou achetées directement par le biais de la plateforme bientôt disponible via l’Internet.

Le Comité Directeur s’est félicité du regroupement de l’Opposition au sein de l’Initiative pour des élections démocratiques. Il se félicite de la plateforme de luttes qui a été adoptée et demande à l’opposition de définir rapidement un plan d’actions et de préparer la marche nationale pour des élections libres et transparentes. Car, c’est dans l’action et dans l’action seulement que les revendications pour plus de démocratie et de libertés pourront être satisfaites. Toutes les structures du PDS, dans tous les départements, sont déjà prêtes à la marche et à la victoire.

Plus spécifiquement le Parti Démocratique Sénégalais propose, pour la gestion des élections, à la place d’un ministre de l’intérieur nommé par le Gouvernement, un comité de 4 membres présidé par un ancien militaire, un ancien juge ou un ancien professeur d’université, les trois autres membres pouvant provenir des corps suivants : fonctionnaire hiérarchie A retraité, magistrat retraité, officier supérieur en réserve.

Le Comité Directeur se félicite aussi que l’opposition significative dans son ensemble, ait compris que ce dialogue politique proposé par Macky SALL est une supercherie et qu’elle ait décidé de ne pas se laisser berner.

Toujours préoccupé par l’indépendance des magistrats, le Comité Directeur apprécie la déclaration de l’UMS et de l’ancien Procureur Spécial de la CREI et réclame le départ immédiat des magistrats à la retraite maintenus au Conseil Constitutionnel, à la Cour Suprême et dans d’autres juridictions pour servir les intérêts de Macky Sall et de son clan.

Sur les activités parlementaires, le Président du Groupe Parlementaire Liberté et Démocratie a fait le point sur les activités parlementaires, notamment sur l’examen du budget inapte à résoudre les problèmes du pays.

Le Comité Directeur félicite le Groupe et tous les députés du Parti pour les interventions pertinentes et remarquées faites pendant la session en cours et les encourage à continuer dans cette voie pour porter haut le flambeau du parti dans la défense des intérêts du Peuple Sénégalais. Le Comité Directeur les félicite aussi pour le combat acharné qu’ils ont mené contre la levée politicienne de l’immunité parlementaire du Député-Maire de Dakar, Khalifa Ababacar SALL. A ce propos, le Comité Directeur réaffirme son ferme soutien à ce dernier et son opposition au procès politique que le régime de Macky SALL organise pour le condamner.

Le comité directeur félicite l’équipe nationale de football pour sa brillante qualification au prochain mondial et lui assure un soutien sans faille. Sur la situation internationale, le comité directeur affirme sa totale adhésion à la décision quasi unanime de l’assemblée générale dénonçant la décision unilatérale des États Unis d’Amérique de remettre en cause le statut de la ville de Jérusalem en y transférant son ambassade. Enfin, le comité directeur salue et félicite Georges WEAH pour sa brillante élection à la tête de la république sœur du Liberia à la suite d’un scrutin qui s’est déroulé dans la plus grande transparence. »

Laisser un commentaire

Top