ici c'est
Accueil > economie > SAR-UNE DEUXIEME RAFFINERIE BIENTOT MISE EN PLACE

SAR-UNE DEUXIEME RAFFINERIE BIENTOT MISE EN PLACE

FLASHACTU.INFO-Les experts du secteur de l’énergie se sont réunis hier pour procéder au diagnostic et à la validation de la lettre de politique de développement du secteur de l’énergie. au cours de cette rencontre, Baye Issakha Sow a présenté la lettre de politique sectorielle avant d’annoncer la mise en place d’une nouvelle raffinerie. D’autant que, juge-t-il, la société africaine de raffinage (Sar) est trop limitée dans ses capacités de stockages.

«Il y a des limites dans la capacité de stockage de la SAR par l’impossibilité de l’extension à cause du cercle de danger», a révélé Baye Issakha Sow, spé- cialiste en planification, au cours de la présentation de la lettre de politique sectorielle qu’il faisait hier. Enumérant les contraintes et les défis liés au secteur des hydrocarbures, il soutient que «la SAR devrait normalement étendre ces capacités pour répondre et prendre en charge effectivement les objectifs d’approvisionnements du pays en hydrocarbures».

Face aux spécialistes du secteur de l’énergie, Baye Issakha Sow estime que la SAR doit étendre ses activités. D’autant que, dit-il, «avec son cercle de danger qui a été attaqué par les populations, la SAR ne peut pas faire aujourd’hui une extension de ses capacités de stockage. Et c’est une contrainte par rapport à ses objectifs. L’Etat est en train de mettre en place une nouvelle raffinerie qui puisse relayer la SAR». Cependant, il ne précise pas l’emplacement exact de cette nouvelle structure. Selon le secrétaire général du ministère de l’Energie, Adama Diallo, présent à la rencontre, «l’élaboration de la politique sectorielle permet de revisiter le secteur et permet aussi à l’ensemble des acteurs de pouvoir diagnostiquer profondément le secteur de l’énergie et de proposer des orientations après celles de l’Etat».

Poursuivant, il est convaincu que «cet atelier permettra de corriger au besoin la lettre de politique sectorielle pour faire lever tous ses goulots d’étranglements pour avoir un accès universel à l’horizon 2025. La revue préliminaire de ce document de référence a permis de relever d’importants résultats. L’électrification rurale es passée de 24% en 2012 à 40% en fin 2017».

Pour Adama Diallo, c’est durant la mise en œuvre de la lettre de politique sectorielle que les années de promotion du potentiel pétrolier et gazier du pays ont abouti aux importantes découvertes dont les retombées vont impacter l’atteinte des objectifs d’émergence à l’horizon 2035.

Laisser un commentaire

Top