ici c'est
Accueil > politique > Caisse D’avance-Des témoins blanchissent Khalifa Sall

Caisse D’avance-Des témoins blanchissent Khalifa Sall

FLASHACTU.INFO-Le procès de la caisse d’avance s’est poursuivi, hier, au tribunal de Dakar avec le défilé des témoins à la barre. Au total 22 témoins ont répondu aux questions des avocats toutes parties confondues.

Lors de cet exercice, l’ancien maire de la commune de Patte d’Oie, Mamadou Diamé a été le premier à être interpellé dès la reprise du procès. Attrait à la barre par un des avocats de la partie civile, la première question qui lui a été posée était de savoir, s’il avait en tant que conseiller municipal subi un préjudice. Prompt dans ces réponses, il indique: «Jusqu’à présent je n’ai subi aucun autre préjudice à part un préjudice moral». Prenant la parole, l’avocat de la défense, Me François Sarr lui pose la question de savoir s’il a eu connaissance des fonds politiques à la mairie de Dakar. Evidemment dira l’ancien maire de la commune de Patte d’oie. «Je connais l’existence des fonds politiques de la ville de Dakar. Cela permet de régler des problèmes d’urgence. En tant que maire, j’ai eu à solliciter ces fonds pour les besoins des inondations. J’avais accompagné quelques sinistrés à la mairie pour solliciter ces fonds et le maire nous avait donné 1 million pour régler le problème. Je suis venu témoigner à la demande d’une dame dont l’enfant avait rejoint l’Espagne par l’émigration clandestine. Et, c’est le 17 mai 2011 que la famille a été informée du décès de leur enfant. Et le corps est resté 3 mois au niveau de la morgue d’un hôpital en Espagne. Et le 11 juillet, la mairie de la ville de Dakar avait remis 2 millions et l’enfant a été ramené le 21 juillet pour être enterré », témoigne le M. Diamé qui indique, dans le même temps, que cette caisse a beaucoup servi aux populations

«JE CONNAIS L’EXISTENCE DES FONDS POLITIQUES»

Emboitant le pas à Me François Sarr, le procureur de la République lui demande s’il est en mesure de faire la distinction entre caisse noire, caisse politique et fonds politique. Droit dans ses bottes et prompt dans ses réponses, accompagnées par des gesticulations, il dit ceci : «Cela dépend des institutions et des appellations. Tantôt on dit fonds politiques, tantôt fonds spéciaux tantôt caisse d’avance ou caisse noire». Communicante de formation, Fatoumata Gassama, conseillère municipale à la mairie de Dakar, a été on ne peut plus clair, quand l’avocat de la défense, l’a interpellé sur la caisse d’avance et les sollicitations adressées au maire de Dakar. «Les populations de la ville de Dakar qui avaient des problèmes de rein et de cancer avaient bénéficié des fonds politiques pour des chimiothérapies. Je peux donner comme exemple une dame qui avait une fausse opération. J’ai transmis au maire sa demande. Elle a reçu gain de cause et m’a dit de transmettre au maire ses remerciements. Le maire lui avait remis 2 millions 500 francs et elle a pu faire une opération», témoigne Fatoumata Gassama.

«J’ENTENDS PAR FONDS POLITIQUES, LES DEPENSES DIVERSES»

S’agissant de la caisse d’avance, ajoute-t-elle, dans la rubrique dépenses diverses nous avons eu à voter 360 millions de francs FCfa pour permettre au maire de généraliser ces fonds. Se voulant plus précise, la conseillère municipale de la ville de Dakar a, dans la foulée, soutenu à la barre que « des maires venaient auprès du ministre d’alors Cheikh Bamba Dièye pour lui demander de dire à Macky Sall de généraliser les fonds politiques à toutes les communes». Elle poursuit : «Quand le maire nous avait expliqué la destination de ces fonds, le Préfet de Dakar était présent. Et la seule finalité de ce fonds est de servir les Dakarois. Les fonds sont effectivement politiques parce que l’Etat du Sénégal a accepté que la ville ait des fonds politiques» témoigne la conseillère municipale. Me Thiam a, pour sa part, demandé à Fatou Gassama ce qu’elle entend par fonds politiques en tant que conseillère à la mairie de Dakar. «Moi j’entends par fonds politiques les dépenses diverses qui permettent au maire de venir au chevet des populations. Ibrahima Touré était là d’ailleurs. La seule finalité était de venir en aide aux Dakarois. Le ministre Dieye avait même demandé au président d’alors de généraliser les fonds politique au niveau des mairies», a-t-elle expliqué.

«LES SOLLICITATIONS VENAIENT DE PARTOUT»

Au témoin El Hadj Sarr, la question qui lui a été posée par Me François Sarr, avocat de la défense du maire de Dakar, était de savoir si le maire de Dakar répondait à des sollicitations des populations. Médecin de profession, il soutient qu’en tant que conseiller municipal de la ville de Dakar, il peut affirmer que le maire de Dakar venait en aide aux populations surtout à celles qui étaient confrontées à des problèmes de santé. Bouclant la liste des témoins, Cheikh Gueye, le maire de la commune de Dieuppeul-Derklé qui a aussi été interpellé par Me François Sarr par rapport aux sollicitations faites au maire de Dakar a été un vrai témoin à décharge à la cause de Khalifa Sall. Cheikh Gueye : «De 2009 à 2014, j’ai été l’adjoint du maire de Dakar. Les sollicitations venaient de partout. En ce qui concerne les évènements religieux des différentes obédiences, la ville les a toujours accompagnés. A la question de savoir si les moyens dont dispose le maire de Dakar pour assurer ses interventions. Il laisse entendre : «Ce sont les dépense diverses qui sont des fonds politiques et qui servent à accompagner ses sollicitations». Revenant à la charge, Me Sarr lui demande si c’était le conseil municipal qui accorde ses dotations. Absolument, répond-t-il, non sans dire que «les dotations ont toujours été voté à l’unanimité par le conseil municipal. Depuis quelques temps ce compte n’est plus alimenté. Je suis venu au tribunal, le cœur meurtri. Les populations démunies ne savent plus où donner de la tête». Ce dernier n’a pas manqué de louer l’immensité et la générosité du maire de Dakar. «La ville de Dakar a été auditée plusieurs fois. Nous avons toujours eu de bonne note que nous ne pouvions dévoiler à la face du monde. Ce qui m’a toujours intéressé sur l’homme c’est son honnêteté. Et il a toujours dit qu’il n’allait jamais s’intéresser au marché», révèle le maire de Dieuppeul.

Laisser un commentaire

Top