ici c'est
Accueil > economie > Crédit Bancaire-686 milliards en souffrance dans les banques

Crédit Bancaire-686 milliards en souffrance dans les banques

FLASHACTU.INFO-Le secrétaire exécutif de l’Observatoire de la qualité des services financiers (Oqsf) estime la contribution du secteur bancaire au financement de l’économie nationale à 4 000 milliards de francs Cfa en fin 2016. Mais, selon Habib Ndao, sur ces 4 000 milliards, il y a 686 milliards de créances en souffrance.

Dans le cadre de son programme national d’éducation financière, l’Observatoire de la qualité des services financiers (Oqsf) a organisé à Saly Portudal un séminaire de formation à l’intention des organisations consuméristes du Sénégal. A l’issue de cette session qui a pris fin hier, le secrétaire exécutif de l’Oqsf est revenu sur l’évolution du secteur financier national. «Le marché des assurances est à 140 milliards de francs Cfa, les banques ont distribué plus de 4 000 milliards de crédits au 31 décembre 2016. Et sur ces 4 000 milliards de crédits, il y a 686 milliards de francs Cfa en souffrance», a indiqué Habib Ndao en marge de la cérémonie de clôture de l’atelier.

Ainsi, dit-il, l’Oqsf entend jouer le rôle d’interface entre les acteurs du secteur financier et les usagers des services financiers. «Nous voulons que les banques et les assurances communiquent plus avec les usagers de services financiers sur non seulement les produits, mais sur les avantages qu’ils peuvent offrir à la population. Et de l’autre côté, nous essayons de montrer à la population la nécessité de travailler avec les banques et compagnies d’assurance», a précisé M. Ndao. Selon le secrétaire exécutif, les banques et les assurances ne communiquent pas sur leur utilité, les avantages et la nécessité de se protéger de risques éventuels. Les associations de consommateurs, de leur côté, mettent au jour des récriminations. Ce qui fragilise davantage les relations entre les deux parties.

Une situation à laquelle l’Oqsf veut apporter un remède. Cela, en sensibilisant les populations, mais aussi demandant au secteur bancaire de faire des tarifications justes et de montrer tous les avantages qu’il peut offrir aux usagers. «Tout cela, pour que les populations intègrent le secteur financier, non pas en ouvrant juste des comptes au niveau des banques ou du Système financier décentralisé (Sfd), mais en utilisant les émetteurs de monnaies électroniques. Cela va faire sortir des ressources financières qui étaient jadis dans le secteur informel pour les intégrer dans le système financier. Cela va augmenter le portefeuille des banques et des assurances et le coût va baisser et le crédit va être plus facile et plus disponible», soutient la patronne de l’Oqsf.

En échos à ces propos, Momar  Ndao, président de l’Ascosen, qui s’est exprimé  au nom des associations de consommateurs, s’est félicité de cette rencontre qui, à son avis, va leur permettre de faire face à la réglementation. Aujourd’hui, explique le consumériste, «l’idée est de dire que puisqu’il y a un certain nombre de choses qui ne sont pas bien maîtrisées par les clients de banques, il faudrait qu’on puisse leur donner tous les arguments pour leur permettre de savoir leurs droits et devoirs. Ce qui va permettre davantage de rassurer les clients pour une meilleure inclusion financière et prise en compte du système bancaire dans le développement du pays».

Laisser un commentaire

Top