ici c'est
Accueil > politique > C. ENQUÊTE- Samuel Sarr convoqué en Gambie

C. ENQUÊTE- Samuel Sarr convoqué en Gambie

FLASHACTU.INFO-Libération révèle que la commission Janneh dont le rôle est de faire la lumière sur les crimes financiers de Yaya Jammeh, a convoqué Samuel Sarr pour fin juillet. Une convocation troublante et étonnante pour plusieurs raisons.

Selon nos informations, Samuel Sarr a été convoqué par la commission d’enquête gambienne chargée de faire la lumière sur les crimes financiers de l’ancien dictateur Yaya Jammeh.
Des sources renseignent que la commission compte entendre Samuel Sarr sur deux points : le contrat de pétrole entre la Gambie et le Nigéria dont il a été le facilitateur et un autre contrat de vente d’électricité dénommé Gampower.
Ces contrats datent de…1996 et curieusement la commission Janneh s’y intéresse subitement pour on ne sait quelle raison. D’ailleurs, l’ancien directeur général de Nawec, Mustapha Corr, avait été interrogé par la commission qui voulait coûte que coûte savoir si Samuel Sarr était actionnaire dans Gampower, le producteur privé qui vendait l’électricité à la Gambie. Corr avait affirmé que, dans tous les cas, ce contrat a été résilié pour ce qu’il en savait.
Tout en indiquant à la commission des pistes qui conduisaient directement vers Mohamed Bazzi. Ce ressortissant libanais, qui vient d’être fiché par les États-Unis comme un financier du Hezbollah, était au cœur de toutes les magouilles de Yaya Jammeh dans le secteur de l’énergie et des Mines. A plusieurs reprises Bazzi a été entendu par la commission Janneh.
Mais, curieusement, les mauvaises langues de Banjul disent que Bazzi est encore en relation avec le régime de Barrow cité de plus en plus dans des scandales financiers.
A côté de Bazzi, on retrouve un autre Libanais au cœur de la mafia de Jammeh : Tony Ghattas qui ne semble pas inquiété malgré les preuves manifestes réunies par la commission. Fait assez grave : le 21 février 2017 alors qu’il était en exil, Yahya Jammeh a fait virer 142.000 dollars vers le Sénégal en passant par un compte ouvert à la GtBank de Gambie au nom de Alhamdullilah Petrol And Mineral (APAM) Co Ltd.
Officiellement, cette société qui régnait sur les minerais gambiens appartient à Tony Ghattas. Mais ce dernier a admis devant la Commission d’enquête mise en place par les autorités gambiennes qu’il n’était qu’un prête-nom.
Selon sa déposition, il était au Sénégal lorsqu’un coup de fil du cabinet présidentiel l’a informé qu’il était nommé Directeur général de APAM. Même s’il fait part de ses regrets aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que cet habitué du Dakar Poker Tour a été au centre du système de prédation mis en place par Jammeh puisque APAM avait l’exclusivité pour exporter vers la Chine le zircon gambien.
Face à la commission d’enquête, le directeur général de GTBank, Bolaji Ayodele a détaillé quelques transferts effectués à partir du compte de APAM : le 4 août 2016, Toni Ghattas a retiré 6 000 $; le 10 août 2016, 33 000 £ ont été transférés ; Le 19 août 2016, 30 000 $ ont également été retirés; le 29 août 2016, le montant de 40 000 dollars a été retiré par Toni Ghattas; le 11 mars 2016, 122 millions de Fcfa ont été transférés au Sénégal après un virement de 63 millions vers notre pays suivi d’un autre de 42 millions de Fcfa.
Le 21 février, alors qu’il était en Guinée équatoriale, Jammeh a encore fait transférer 142.800 dollars au Sénégal.
Au stade actuel de ses investigations, la Commission d’enquête a établi que ces trois dernières années Jammeh avait volé, grâce à la main mise sur tous les secteurs de l’économie, quelques 147 millions de dollars. Une partie de ces fonds a été blanchie dans l’immobilier dans le Maryland, au Maroc, en Europe… Pourquoi, jusqu’à ce jour, ces révélations très graves mettant en cause deux hommes d’affaires libanais aujourd’hui proches des cercles intimes de Barrow n’ont pas connu de suite? Quid des manoeuvres scandaleuses du régime Barrow pour céder la Megabank Gambia Limited à un privé sénégalais?

Laisser un commentaire

Top