ici c'est
Accueil > economie > SYSTÈME BANCAIRE : LE DISPOSITIF PRUDENTIEL « SATISFAISANT » (BCEAO)

SYSTÈME BANCAIRE : LE DISPOSITIF PRUDENTIEL « SATISFAISANT » (BCEAO)

FLASHACTU.INFO-Le dispositif prudentiel mis en œuvre depuis janvier 2018 a été « globalement satisfaisant » pour la plupart des banques qui ont transmis de manière satisfaisante à la banque centrale les premières déclarations selon les normes, dénommées Formulaires de déclaration prudentielle, a appris jeudi l’APS.

« Globalement, il n’y a pas eu de modifications dans le sens d’infractions par rapport à la situation d’avant, puisque le système bancaire a pu préparer et absorber avec satisfaction le nouveau dispositif prudentiel », a dit le Directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour le Sénégal, Ahmadou Al Aminou Lô.
Il s’exprimait lors d’un point de presse tenu jeudi, à l’issue de sa rencontre semestrielle avec l’Association des professionnels de banques et établissements financiers du Sénégal.
Les opérateurs économiques et les banques avaient soulevé certaines craintes sur l’état de mise en œuvre de cette réforme. Le dispositif prudentiel a pour objectif principal « la sauvegarde des dépôts de la clientèle ».
« Une banque a une activité d’intermédiation : elle n’a pas d’argent mais l’argent des clients qu’elle distribue en crédits », a-t-il rappelé. Le dispositif prudentiel vise essentiellement à faire en sorte que si la banque a des pertes, qu’elles soient constatées à temps et puissent être couvertes par les fonds propres de la banque. Le but de cette démarche est d’éviter que ces pertes ne consument les dépôts des clients.
Le basculement a été effectué avec satisfaction avec des états produits par les banques fin avril 2018 sur la base des situations comptables au 31 décembre 2017, selon le Directeur national de la BCEAO.
Les fonds propres ont été renforcés, avec des montants compris entre 30 millions et 15 milliards de francs CFA, a-t-il précisé.
Pour les banques, la surveillance de la gouvernance, la supervision et surtout dans la déclaration de certains ratios et agrégats à la BCEAO de façon semestrielle s’imposent pour donner leur état de santé.
« Comparativement à la situation avant le nouveau dispositif prudentiel, certaines ont vu leurs fonds propres en hausse, là ou d’autres ont baissé mais l’un dans l’autre, le système a pu être dans une situation proche d’avant basculement », selon M. Lô.
Pour le minimum exigé en termes de capital pour couvrir leurs activités de risque, l’essentiel des banques et établissements finanaciers respecte le dispositif.
Désormais, les nouvelles règles exigent également aux banques la revente des hypothèques réalisées au bout de deux ans, pour éviter que les banques ne se retrouvent avec un patrimoine immobilier.
Pour ce trimestre, les deux parties ont passé en revue les premiers enseignements de l’entrée en vigueur des projets Bâle 2 et Bâle 3, concernant les nouvelles règles prudentielles révisées. La Banque centrale a tiré les enseignements du basculement dans le nouveau plan comptable révisé.
Des échanges ont été également faits sur l’impact de la loi sur le Bureau d’information sur le crédit adoptée par le Sénégal au mois de mars, dispensant ainsi de consentement les clients qui avaient déjà du crédit avant janvier 2014.
Comme il est d’usage au mois de juin, la BCEAO et les banques regroupées au sein de l’APBEF ont discuté des éléments préliminaires des comptes de résultats des bilans pour l’exercice 2017.
La réunion trimestrielle entre le Directeur national de la BCEAO et les Directeurs généraux de banque a pour principal objectif d’échanger sur des points de préoccupation de part et d’autre.

Laisser un commentaire

Top