ici c'est
Accueil > economie > LA BM AUX CÔTÉS DU SÉNÉGAL POUR L’ACCÈS UNIVERSEL À L’ÉNERGIE À L’HORIZON 2025 (DIRECTRICE DES OPÉRATIONS)

LA BM AUX CÔTÉS DU SÉNÉGAL POUR L’ACCÈS UNIVERSEL À L’ÉNERGIE À L’HORIZON 2025 (DIRECTRICE DES OPÉRATIONS)

FLASHACTU.INFO- La directrice des opérations de la Banque mondiale, Louise Cord, a réaffirmé mardi à Dakar la volonté de son institution d’aider le Sénégal à atteindre l’accès universel à l’énergie à l’horizon 2025.
« Le Sénégal est actuellement à 68%. Il est donc très important d’accélérer cet accès à l’énergie surtout en électrification rurale », a indiqué Mme Cord lors de la présentation du « cadre normalisé d’octroi de crédits au profit de programmes d’accès à l’énergie au Sénégal ».
« Nous sommes en train de travailler avec le gouvernement dans le cadre de l’électrification rurale qui reste le nœud du problème’’, a souligné la directrice des opérations de la Banque mondiale au Sénégal.
Elle a rappelé qu’en 2006, le Sénégal avait mis en place, avec l’appui de l’institution financière internationale, « un projet très innovant, pour l’accès à l’énergie aux concessions ».
Il y a aussi que la Banque mondiale mobilise des fonds privés à l’appui de l’accès à l’énergie propre dans les pays à faible revenu, à travers l’initiative carbone pour le développement (Ci-DEV) en vue d’octroyer des financements fondés sur les résultats, a signalé Louise Cord.
Selon Mme Cord, « cette initiative carbone pour le développement (CI-DEV) de la Banque mondiale montre l’intérêt du gouvernement à promouvoir l’énergie renouvelable mais aussi la capacité de faire des programmes prioritaires innovateurs ».
« L’objectif est aujourd’hui de regarder cette expérience au Sénégal et ailleurs et de voir les leçons à en tirer pour le reste du monde et ailleurs », a-t-elle ajouté.
« Face aux effets du changement climatique qui ne sont pas un agenda théorique pour le Sénégal mais une réalité impactant les communautés sur les côtes et à l’intérieur du pays, l’objectif est d’obtenir de l’énergie à des prix abordables pour promouvoir la croissance et faciliter l’accès pour les populations les plus démunies », a-t-elle insisté.
Dans cette perspective, un des buts visés par les deux parties, est de favoriser davantage la promotion d’une énergie « de plus en plus renouvelable », selon la directrice des opérations de la Banque mondiale au Sénégal.
« Si on se fie aux statistiques, le pays avait seulement 3% d’énergie à sources renouvelables. En 2017, nous étions à 20% alors que l’objectif est d’arriver à l’an 2025 à un taux de 18% de fossiles et 82% de renouvelables », a relevé Mme Cord.
Le Sénégal est « en train de prendre cet agenda 2025 au sérieux, mais il y a des défis importants à relever », a noté Louise Cord, évoquant plusieurs projets d’appui que la Banque mondiale est en train de mettre en oeuvre dans ce sens.
Il a cité projets hydro électriques mise en œuvre dans le cadre de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) ainsi qu’un projet d’énergie éolienne situé à Taïba Ndiaye, dans le département de Tivaouane.

Laisser un commentaire

Top