ici c'est
Accueil > politique > Madické Niang accuse Macky Sall et alerte les Sénégalais

Madické Niang accuse Macky Sall et alerte les Sénégalais

FLASHACTU.INFO-Comme tous les leaders de l’opposition, Me Madické Niang dénonce la façon dont le président Macky Sall conduit le processus électoral surtout avec l’introduction du parrainage à la prochaine présidentielle. Le président du groupe parlementaire du Pds prévient le chef de l’Etat sur les risques de troubles dans le pays que pourrait engendrer le parrainage.

(Correspondance) – Me Madické Niang est très remonté contre le président Macky Sall et ses collaborateurs qui l’aident à imposer le parrainage. L’ancien ministre des Affaires étrangères dans le régime du président Abdoulaye Wade n’a pas manqué d’alerter le pouvoir en guise d’avertissement : «Le Sénégal n’a jamais connu ce qui se passe actuellement. Le président Macky Sall a soutenu lors de la Tabaski que tout est réglé pour le parrainage et qu’il ne reste que sa mise en œuvre. Or ce sont ses règles à lui. Il a agi seul et il n’y a rien de consensuel dans la mise en œuvre du parrainage. Donc nous l’invitons à revoir les choses. Car, avec sa propension à maintenir le parrainage, le Sénégal pourrait être confronté à toutes sortes de troubles. Et nous ne le souhaitons pas», avertit-il dans l’entretien exclusif qu’il a accordé au groupe Walf.

Me Madické Niang se veut formel : «Le parrainage est un échec du président Macky Sall. Et il en porte la responsabilité. Ils se sont inspirés de ce qui est fait dans deux pays, deux pays d’essence communiste qui appartenaient au bloc communiste et qui sont devenus des démocraties libérales. Mais on ne le verra ni en France, ni dans les grandes démocraties. Avec le président Macky Sall, c’est un grand recul que la démocratie sénégalaise a eu à connaître». Ainsi parlait mardi, à Saint-Louis, le responsable libéral, à la veille du Magal des deux Raakas, en marge de la cérémonie consacrant la nuit du parrain.

L’ancien ministre de la Justice argumente, ainsi, son assertion : «D’abord aussi bien la loi constitutionnelle que la loi modifiant le code électoral violaient des textes de la Constitution. Par exemple, l’article 4 de la Constitution met les partis politiques au dessus des indépendants. En imposant les mêmes conditions aux partis politiques et aux indépendants, on viole la légalité qui a été chantée par le régime en disant que les Sénégalais sont tous égaux devant la loi. Un parti politique ne peut pas jouer le même rôle que quelqu’un qui se présente en indépendant. Il fallait d’abord modifier l’article 4 de la Constitution», relève l’ex-Garde des Sceaux.

L’ancien chef de la diplomatie sénégalaise poursuit en ces termes : «Imposer le parrainage, c’est violer le secret du vote. C’est un vote à la lettre qui permet au pouvoir de s’appuyer dessus d’abord pour pouvoir diriger le vote vers le président Macky Sall. Deuxièmement, pour pouvoir justifier demain, les fraudes qui peuvent être entreprises. Par exemple, personne ne peut comprendre qu’on parle d’un maximum de soixante et quelques mille signatures et que le parti au pouvoir dit vouloir deux millions de signatures. C’est pour dire : nous avons deux millions d’électeurs et on viole le secret du vote, on vote à la lettre», s’offusque l’avocat.

De l’avis de Me Madické Niang, «ce qui est plus grave, Macky Sall se permet, aujourd’hui, de changer et de violer toutes les règles qui lui ont permis de gagner. Il trouve des droits acquis qui lui ont permis de triompher, d’arriver là où il est. Et il les change à quelques mois de la présidentielle. Nous sommes à six mois des élections et les acteurs ne sont pas d’accord sur les conditions dans lesquelles elles vont se dérouler. C’est une catastrophe», martèle avec force l’ex plénipotentiaire de la diplomatie sénégalaise.

walfnet

Laisser un commentaire

Top