ici c'est
Accueil > Actualité > RETOUR DE KARIM WADE-200 journalistes et correspondants européens, américains et arabes attendus à Dakar

RETOUR DE KARIM WADE-200 journalistes et correspondants européens, américains et arabes attendus à Dakar

FLASHACTU.INFO-Le candidat déclaré du pds (parti démocratique sénégalais) à l’élection présidentielle du 24 février 2019, Karim Wade, est annoncé incessamment à Dakar. une fois de plus, pourrait-on dire ! sauf que, cette fois-ci, ça semble sérieux. un retour au bercail de Wade-fils programmé pour fin novembre ou début décembre en vue de porter la candidature des libéraux et déposer les fiches de parrainages. pour préparer cet accueil, les « sopistes » de paris sont en train de mettre en place un comité d’accueil pour pouvoir acheminer près de 200 journalistes et correspondants européens, américains et arabes vers Dakar.

Au cours d’un entretien accordé à nos confrères de « L’Observateur », M. Oumar sarr, coordinateur et secrétaire général adjoint du parti démocratique sénégalais (pds), est revenu avec force détails sur la candidature de Karim Meissa Wade à la prochaine présidentielle de 2019. a juste titre, il se dit mieux placé que quiconque pour annoncer le retour imminent du candidat des « sopistes » à Dakar. « après le parrainage, bientôt l’atterrissage ! On attend juste de terminer la collecte des parrainages et de monter lescomités d’accueil du candidat pour annoncer la date officielle du retour de Karim Wade à Dakar » a confié Oumar sarr, histoire de remobiliser ses troupes et redonner espoir à ceux qui doutaient du retour d’exil de Wade-fils. après avoir poussé ses investigations et interrogé des conseillers politiques de Karim Wade vivant à paris, « Le témoin » est en mesure de conforter Oumar sarr dans ses déclarations selon lesquelles le candidat des libéraux anciennement au pouvoir sera bel et bien au pays. nos sources confirment que l’arrivée de l’ancien tout-puissant ministre des infrastructures, de la Coopération internationale, des transports aériens et de l’energie est prévue fin novembre ou début décembre prochain. saufcas de force majeure c’est-à-dire un événement à la fois imprévu, insurmontable et indépendant de la volonté d’une personne, l’ancien ministre d’etat Karim Wade va déposer les fiches de parrainages du pds au niveau du Conseil constitutionnel. en attendant, et histoire de contribuer à faire en sorte que ce retour soit triomphal, les « sopistes » de paris préparent déjà un comité d’accueil pour pouvoir acheminer près de 200 journalistes et correspondants européens, américains et arabes vers Dakar. un volet communication dont le casting est confié à un journaliste sénégalais « exilé » à paris et très proche de Karim Wade.

Pourquoi la capitale française semble-t-elle être une étape importante et stratégique pour le retour de Karim Wade à Dakar ? une source proche des Wade nous confie qu’après avoir quitté Doha où il vit actuellement, Karim Wade passera par paris avant de rallier Dakar ? « parce que les ultimes réglages et autres dernières formalités politiques, administratives et judiciaires avec les avocats, conseillers, militants et journalistes se feront ici à paris qui jouera en quelque sorte un rôle de capitale de convergence avant l’embarquement de notre candidat pour Diass » précise notre interlocuteur. Wade-père en 1999 ! après s’être longtemps exilé au Qatar dès sa libération suite à une grâce présidentielle, Karim Wade compte rompre avec la nostalgie avec ses militants et battre le record d’un accueil populaire que détient son père, le pape du sopi, le 23 octobre 1999.

Rappelons-le, ce jour-là, les libéraux avaient sonné la mobilisation pour réserver un accueil monstre à l’ex- fer de lance de l’opposition d’alors, Me Abdoulaye Wade, qui, au lendemain de sa défaite aux législatives du 24 mai 1998,s’était retiré en France. après une longue période d’exil, Me Wade a débarqué au Sénégal pour pousser le président Abdou Diouf jusque dans ses derniers retranchements électoraux avant de gagner la présidentielle de 2000. Certes, comparaison n’est pas raison puisque contrairement à son père, Karim Wade fait actuellement l’objet d’une menace de contrainte par corps suite à une condamnation pour enrichissement illicite par la Crei (Cour de répression de l’enrichissement illicite). Le pouvoir en place menace de l’envoyer en prison dès sa descente à l’aéroport de Diass en cas de non-paiement des 138 milliards de francs de dommages et intérêts qu’il a été condamné à payer à l’issue de son procès.

Seulement voilà, certains libéraux considèrent cette « contrainte par corps » comme une tentative d’intimidation pour contraindre Karim Wade à renoncer à son ambition présidentielle. C’est peine perdue, disent-ils, car leur candidat est plus que déterminé à affronter dans les urnes le président Macky sall le 24 février prochain. « Je vois mal un pouvoir exécutif tenter de noyer deux crocodiles que sont Khalifa Sall et Karim Wade dans un même marigot carcéral à quelques deux mois d’une élection présidentielle. et s’il le fait, alors, advienne que pourra ! » prévient un proche des Wade vivant à paris. par ailleurs, on nous souffle que Karim Wade compte faire de touba sa résidence secondaire durant son séjour électoral au Sénégal. Ce, contrairement à son père qui, depuis son départ du pouvoir, avait fait à Me Madické Niang le privilège d’habiter chez lui à Fann Résidence. une chose est sûre : malgré cette ultime annonce d’un retour du fils prodigue libéral au pays, les « sopistes » les plus sceptiques sont toujours aux prises avec un dilemme de candidatures. Dans tous les cas, si la perspective d’une arrivée concomitante des Wade-père et fils à Dakar en prélude à la présidentielle 2019 fait renaitre l’espoir chez les libéraux, elle ne rassure guère les adversaires épris de joutes tranquilles. Qui vivra verra !

letemoin

Laisser un commentaire

Top