ici c'est
Accueil > politique > LE FORUM DE DAKAR VISE À ARTICULER LA PAIX ET LA SÉCURITÉ AU RESPECT DES DROITS HUMAINS’’ (MINISTRE)

LE FORUM DE DAKAR VISE À ARTICULER LA PAIX ET LA SÉCURITÉ AU RESPECT DES DROITS HUMAINS’’ (MINISTRE)

FLASHACTU.INFO-Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Sidiki Kaba, a lié jeudi l’introduction des droits humains dans les thématiques du cinquième Forum international de Dakar à la volonté de créer un lien entre la paix et la sécurité avec le respect des droits de l’homme.


‘’La meilleure façon de préserver la paix, c’est de s’assurer dans un premier temps dans nos pays que les principes démocratiques, le respect des droits de l’homme et de l’Etat de droit soient respectés et que le socle sur lequel cela repose soit le respect des libertés individuelles et des libertés publiques’’, a-t-il notamment déclaré lors d’une interview avec des média du service public.


L’introduction d’un thème relatif aux droits humains constitue l’ »innovation majeure » du 5ème forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, a annoncé mercredi à Dakar le général de brigade Paul Ndiaye, directeur du Centre des hautes études de défense et de sécurité (CHEDS) et président de la commission scientifique dudit forum.


‘’Les droits humains constituent un facteur de paix, un vecteur de stabilité. La réflexion va se concentrer sur ce thème en amenant les différents acteurs à voir dans quelle mesure les droits de l’homme peuvent renforcer la paix en sachant que leur non-respect peut être un facteur de déstabilisation’’, a expliqué Sidiki Kaba.


Selon lui, un des fondamentaux de la diplomatie sénégalaise réside dans le respect des droits de l’homme sous tous ses aspects. ‘’Le président de la République insiste pour l’on puisse mettre en avant, la lutte contre l’impunité, les crimes économiques et financiers mais aussi des crimes de sang mais dans le respect de l’Etat de droit’’, a-t-il fait valoir.


‘’Un Etat de droit doit fonctionner sur le respect des lois par l’Etat qui ne saurait se substituer à l’application de ce droit en invoquant la raison d’Etat. C’est pour toutes ces raisons qu’on a estimé qu’il est pertinent que ce lien soit fait pour mieux renforcer les droits de l’homme et les enraciner à la base’’, a-t-il affirmé.


Quelque 600 participants sont attendus au cinquième Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité qui s’ouvre lundi au Centre international de conférences de Diamniadio, dans le département de Rufisque.


En plus du panel des chefs d’Etat qui se tiendra en présence du président de la République, Macky Sall, trois séances plénières sont prévues, assorties chacune de trois ateliers et d’une conférence.


Outre la séance plénière portant sur le thème « Droits humains, justice et libertés face aux enjeux sécuritaires », une deuxième séance plénière se focalisera sur la thématique « Enjeux de l’opérationnalisation du lien entre développement et sécurité durables ».


Figure aussi au programme une réflexion sur les « Perspectives de coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent ».


Trois conférences seront également au menu de la rencontre, dont celle portant sur le thème « Systèmes judiciaires et sécurité : quelles coopérations régionales et internationales ? ».

Quant à la deuxième conférence, elle sera articulée autour du thème « Sécurité et développement en Afrique : quelles coopérations pour une paix durable ? ».


La troisième conférence sera elle centrée sur la thématique « Réforme de l’Union Africaine et partenariats multilatéraux : comment faire évoluer les appuis aux opérations de paix africaines ? ».


En somme, neuf ateliers sont prévus au cours de ce 5 ème Forum
international sur la paix et la sécurité, organisé par le ministère des Affaires étrangères, avec la collaboration scientifique du Centre des hautes études de défense et de sécurité et la Compagnie européenne d’intelligence stratégique (CESIS).

Laisser un commentaire

Top